Catégorie : sur diaporama

Touche pas à mon asbl – Signez la pétition!

Vous faites partie d’une ASBL, vous êtes sympathisants, vous utilisez leurs services, et vous êtes convaincus que la notion de « non profit » est importante…?

Alors diffusez largement la pétition contre l’intégration des ASBL dans le code des sociétés, qui va passer très bientôt si pas de mobilisation rapide et massive… Il sera dès lors extrêmement compliqué de monter « son » association sans passer par des avocats sachant lire le code des sociétés qui fait 500 pages… la société civile se verrait privée d’accès à son précieux secteur associatif qui fait sens pour énormément d’entre nous.

La liberté d’association est en danger. En effet, le gouvernement fédéral est en passe de supprimer la loi 1921 sur les asbl. Considérant que la majorité des asbl ont une activité économique, il souhaite ne plus les différencier des sociétés commerciales et propose donc de les intégrer dans le droit classique des sociétés. Il faut absolument que la loi de 1921 reste distincte du code des entreprises !

La marchandisation en cours des soins de santé, de la culture ou de l’éducation trouvent son point d’orgue dans cette proposition inacceptable.
En Belgique, quleques 60.000 associations sans but lucratif, portées par milliers de travailleurs et des centaines de milliers de bénévoles, participent à la défense d’une société avec force à la création de lien social et de solidarité.

Car qu’adviendra‐t‐il lorsque les activités comme la santé, la culture, l’enseignement, l’accompagnement social, les petits clubs sportifs… seront mis sur un pied d’égalité avec l’extraction minière, les banques et les usines qui assemblent les voitures ? C’est l’ensemble de la société qui en paiera le prix.

Si les associations ont de fait une activité économique, leur but n’est pas celui du profit, contrairement aux sociétés commerciales. Ne pas prendre en compte cette différence fondamentale et idéologique, révèle une méconnaissance et un profond dédain pour l’investissement associatif. Et alors qu’aujourd’hui, il est aisé pour chacun de créer une association, il faudra dès lors maîtriser un code des entreprises très complexe.

Nous avons plus que jamais besoin d’un secteur associatif fort, différencié, porté par des citoyens engagés. C’est pourquoi, cette initiative doit être combattue. Nos valeurs, notre travail, notre engagement en dépendent.

 

Plus d’infos : https://www.maisonmedicale.org/Touche-pas-a-mon-asbl.html

Taggé :

Vous avez dit « Agroécologie »?

Depuis quelques années, il est de plus en plus clair que l’agroécologie est la voie vers la souveraineté alimentaire.. Et ce n’est pas Olivier De Schutter, ex-rapporteur des Nations Unies pour le droit à l’alimentation qui vous dira le contraire!.

Comme toute approche qui a du sens, celle-ci est plus complexe qu’une solution clé-sur-porte. Voici une petite infographie faite par le CIDSE qui aide à comprendre ce qui se cache derrière ce terme

En Belgique, le mouvement Agroecology in Action vise à rassembler, soutenir, multiplier les nombreuses dynamiques et projets d’agroécologie et d’alimentation solidaire en Belgique.

Ce mouvement regroupe des organisations, des paysans, des agriculteurs, des collectifs citoyens, des chercheurs, des coopératives, des défenseurs de l’environnement, des PME, des acteurs de la santé, des acteurs de solidarité, des mutuelles…

Aucun texte alternatif disponible.

Taggé : ,

Formation ambassadeurs GASAP 2018 – 3 soirées pour retisser du lien avec les paysan.nes

Le Réseau des GASAP organise sa deuxième formation « Ambassadeurs GASAP ».

Si tu veux comprendre

  • pourquoi tu peux payer le prix pour une alimentation saine et locale,
  • pourquoi et comment la paysannerie souffre, pourquoi les fermes disparaissent,
  • les dynamiques du monde agricole, conventionnel et alternatif,
  • comment tes choix de consom’acteur.trice peuvent soutenir les alternatives,
  • comment les prix de ta nourriture sont fixés et participer à créer un modèle plus juste…

Si tu veux pouvoir expliquer les différences entre un GASAP, du bio industriel et les « assembleur de paniers »…

Alors cette formation organisée en 3 soirées par l’équipe d’aide création est pour toi.

On y abordera les thèmes suivant:

  • 25/04 : origine de l' »agriculture soutenue par la communauté »
  • 23/05 : le prix juste et les producteurs (ou comment chacun.e de nous peut prendre ses responsabilités)
  • 27/06 : les rôles et les outils de l’équipe aide création des GASAP (se rendre utile à la communauté)

RDV au 85 rue de la Croix de Pierre, de 18h30 à 21h !

Taggé : , , , , ,

Nouveau Projet – Des GASAP dans les écoles!

Grâce à un subside de Bruxelles Environnement, le Réseau des GASAP va se lancer dans la création de GASAP dans les écoles..

Si le sujet vous intéresse, soit pour suivre ou participer à l’aventure soit pour nous mettre en contact avec une école, envoyez un mail à ecole@gasap.be.
Vous serez recontacté dans le courant du mois de janvier pour la suite de l’aventure !

Quels avantages de créer des GASAP dans une école ?

  • Les paniers sont disponibles pour les parents et les enseignants à la fin de la journée, en venant chercher les enfants ou en quittant son travail
  • Le GASAP est un lieu de rencontre qui crée du lien social
  • Le lien direct avec le producteur et la livraison dans l’école est une opportunité pour organiser des activités avec les enfants :
    • à l’école lors de la livraison : partage des légumes dans les paniers (pesée etc), découvertes des légumes, discussion avec le producteur sur comment ils poussent etc.
    • à l’école après la livraison : découvertes des légumes de saison, recettes etc.
    • organiser une visite chez le producteur

Comment mettre ça en place dans votre école ?

Le Réseau des GASAP propose d’accompagner et de soutenir la création du GASAP :

  • Mettre à disposition des affiches et courrier à transmettre aux parents et aux enseignants pour expliquer les GASAP et le projet.
  • Organiser une réunion d’information pour répondre aux questions des personnes curieuses et/ou intéressées, ainsi que les réunions suivantes nécessaires au démarrage et à la mise en place de la dynamique de groupe.
  • Mettre le groupe en contact avec un producteur.
  • Le Réseau des GASAP reste disponible une fois le GASAP lancé pour soutenir le groupe en cas de besoin.

Faites circuler l’information!

Les enfants connaissent tout… sauf les légumes ! 🍆

😲 "1 écolier sur 3 ne sait pas différencier un poireau, une courgette et un artichaut"A partager !! 👍❤🔁

Geplaatst door Savant Singe op zaterdag 7 oktober 2017

Taggé :

Et si vous organisiez une projection du film « Autrement (avec des légumes) »?

 Si vous voulez utiliser ce bel « outil » pour créer ou renflouer votre GASAP, l’équipe aide création peut vous soutenir ou venir intervenir si vous le souhaitez. Contactez-nous!

AUTREMENT interpelle notre pouvoir de changement à travers une expérience citoyenne qui développe de nouveaux modèles de partenariats entre consommateurs et agriculteurs.
En partant de son GASAP, la réalisatrice rejoint un réseau dynamique qui l’emmène, de Bruxelles à Zagreb, à la rencontre d’un mouvement en plein effervescence : les CSA (Community-supported Agriculture).
En réinvestissant le lien entre eux, les mangeurs et les producteurs mettent en place un mode de consommation alternatif en circuit court, respectueux du vivant.
Par le biais de l’alimentation, qui touche tout le monde, l’expérience des CSA remet l’humain au centre des échanges.
Pouvons-nous devenir des acteurs du changement ?

Toutes les informations pour organiser une projection se trouvent ici.

 

Paniers bio, GASAP, GAC, dépôts de paniers, AMAP, comment s’y retrouver?

20180313_Synthèse-paniers-bio-site

Paniers bio, GASAP, GAC, dépôts de paniers, AMAP, comment s’y retrouver et quel prix juste aux producteurs?

Par le Réseau des GASAP (www.gasap.be), octobre 2013 – Actualisé en mars 2018

A l’origine nés au Japon sous le nom des Teikei dans les années 70, puis développés en France au début des années 2000 sous le nom des AMAP, les paniers bio solidaires en circuit court sont arrivés à Bruxelles en 2006, avec les premiers GASAP.

Parallèlement, en Flandre, d’autres initiatives de ce type naissent : les Voedselteams, les CSA, tout comme en Wallonie avec les Grosses légumes, jusqu’en 2016, et les GAC. Ces initiatives ont de commun qu’elles visent :

  • à acheter directement à un producteur donné, en court-circuitant le système classique de distribution, à un prix juste pour le producteur ;

  • à proposer des légumes/fruits/autres produits de saison selon les principes de l’agriculture biologique, raisonnée ou paysanne ;

  • une organisation autogérée par les consommateurs ou les producteurs ;

  • un engagement sur une période donnée à acheter pour un certain montant (sauf dans le cas des GAC et des Voedselteams).

Depuis quelques années, de nouveaux systèmes émergent, respectant plus ou moins les principes de base de ces groupes d’achat, et il est parfois difficile pour le consommateur de s’y retrouver. Certaines formules privilégient le circuit très court (en direct du producteur), le local, ou encore le bio, et d’autres mettent l’accent sur le prix juste au producteur, mais rares sont les systèmes qui regroupent tous ces critères à la fois !

Ces nouvelles formules se distinguent car elles offrent plus de flexibilité que les GASAP, qui sont souvent considérés comme des systèmes contraignants (engagement à l’année, moment de livraison fixe, pas de choix dans les produits du panier, nécessité de s’investir car les groupes sont autogérés). Cependant, il faut être conscient de la manière dont fonctionnent ces formules. Premièrement, certaines ne sont plus vraiment du « circuit court » (car elles passent pour la plupart des produits par un grossiste qui impose ses prix aux fermiers). Deuxièmement, certaines ne s’approvisionnent pas complètement localement (complément avec des légumes et fruits d’Espagne ou d’Italie par exemple), et ne tiennent pas compte du type d’agriculture pratiquée (le bio industriel, est-ce vraiment du bio ?). Troisièmement, l’engagement dans la durée permet au producteur d’envisager l’avenir différemment (au niveau de ses cultures, de ses investissements, de la main d’œuvre employée), et la plupart des autres formules n’exigent pas cet engagement. Par ailleurs, quand le lien direct avec le producteur n’est plus là, on ne peut être assuré que le prix juste est respecté… Enfin, seuls les GASAP et autres groupes autogérés permettent de rencontrer ses voisins et de créer du lien social, à travers les permanences, les réunions conviviales !

La présente note vise à faire le point sur les diverses formes de paniers bio, leurs caractéristiques communes et différences.

Depuis 2015, un grand nombre d’initiatives commerciales ont vu le jour. On ne compte plus les offres de produits locaux, bio, en vrac. Ces initiatives sont louables, car elles affrontent les questions du surremballage, du soutien à l’économie locale. Néanmoins, rares sont les initiatives qui garantissent un revenu décent aux producteurs. Ainsi, se fournir en produits bio, locaux et de saison ne veut pas nécessairement dire qu’on soutient vraiment les producteurs locaux.

La fixation du prix dans les différents modèles :

Fixation du prix

Type de contrat

Prix du marché

Producteur fixe le prix

Prix juste sur base des coûts de revient /détaché des prix du marché

Pas de contrat

les supermarchés conventionnels

Contrat pluriannuel ou engagement moral

Certains supermarchés/certaines filières ;

Des coopératives de producteurs (Agricovert, Paysan Artisan, etc …

Engagement avec partage des risques

certains GASAP, certaines AMAP

Le CSA Netwerk, certains GASAP, certaines AMAP

A l’heure où le monde agricole, mais pas que, s’empare de la question du prix juste et de la construction du prix des produits alimentaires, et alors que des citoyens s’unissent pour créer des structures commerciales (magasins, coopératives,etc) pour s’approvisionner en dehors des grandes surfaces, il est important de garder un oeil sur la manière dont les prix sont fixés dans ces canaux de commercialisation. Si on veut conserver une agriculture familiale, il faut tenir compte des coûts des petits et moyens producteurs et ne pas s’aligner automatiquement sur les prix du marché.

Les différents types de « paniers bios »

BIO

Pas forcément BIO

Contrat de solidarité, engagement à l’année

Sur commande

Vente directe

Autogestion et contact direct avec le producteur

Les groupes d’achat solidaires (1)

Ex : GASAP, CSA en Flandre, AMAP

Les groupes d’achat (2)

Ex : Voedselteams, GAC

Circuit court

Organisé par un producteur/une coopérative de producteurs

Les dépôts de panier (3)

Ex : Agricovert (coopérative) ou

fermes individuelles

Organisé par un tiers

Assembleurs et distributeurs de paniers et plateformes web (4)

Ex : L’Heureux nouveau

Topino, Efarmz, La ruche qui dit oui, Ferme nos pilifs

  1. Les groupes d’achat solidaires

  • Engagement à l’année : risques partagés entre producteur et consommateurs

  • Aucun intermédiaire, contact direct avec le producteur

  • Auto-gestion

GASAP (Groupes d’achat solidaire de l’agriculture paysanne)

  • Fonctionnement : Groupes de 15-20 ménages qui s’engagent à acheter une partie de la production d’un producteur toutes les semaines/tous les 15 jours. L’asbl le Réseau des GASAP fédère les groupes et les 35 producteurs de son Réseau.

  • Type d’agriculture : agriculture biologique, paysanne et durable pas forcément certifiée tel qu’indiqué dans la charte.

  • Provenance/achat revente : Les producteurs du Réseau des GASAP tendent à approvisionner leurs paniers avec 80 % de leur propre production (en moyenne, sur une année), le reste étant acheté en priorité à des producteurs du réseau, locaux ou auprès d’un grossiste, tel que défini dans la charte.

  • Nombre : 90 groupes de 15-20 ménages fournis par les 35 producteurs du Réseau en RBC et en Wallonie. 

Les AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne)

CSA (Community-supported Agriculture) flamands

  • Fonctionnement : Système d’auto-cueillette, où les membres viennent chercher leurs légumes sur le champ en fonction de leurs besoins. Le membre ne paye pas pour des produits, mais contribue aux frais de fonctionnement de le ferme et au salaire du paysan, le risque est donc partagé.

  • Type d’agriculture : agriculture biologique, (« agriculture écologique, qui prend soin des sols et de l’environnement, de notre santé et de celle des générations futures »).

  • Provenance/achat revente : Tous les produits viennent de la ferme.

  • Nombre : 40 CSA en Flandre (celui de T. Troonbeeckx regroupe 170 ménages) et 4 en Wallonie (Septembre 2017) 

2. Les groupes d’achat

  • Achat sur commande

  • Aucun intermédiaire, contact direct avec le producteur

  • Auto-gestion

GAC (Groupes d’achat commun)

  • Fonctionnement : Groupes de consommateurs qui s’organisent ensemble pour acheter des produits directement à un ou plusieurs producteurs. Les GAC ne sont pas organisés en réseau et chaque GAC a son fonctionnement propre. Le Réseau des consommateurs responsables (RCR) répertorie les GAC ainsi que d’autres groupes d’achat alimentaire sur leur site. Les GAC ne répondent pas à une charte, le RCR ne conseille pas un type d’agriculture ou un autre.

  • Nombre : 277 GAC en Région Wallonne et en RBC (en septembre 2017)

Voeldselteams

  • Fonctionnement : Groupes de consommateurs qui s’organisent pour acheter directement auprès d’un ou plusieurs producteurs. Les commandes se font au mois, pour certains groupes via un webshop.

  • Type d’agriculture: agriculture biologique par forcément certifiée (producenten “worden geselecteerd op basis van hun ecologische en sociale bedrijfsvoering. Producenten die leveren aan voedselteams letten op de herkomst van hun grondstoffen, het gebruik van meststoffen, het respect voor de biodiversiteit en de goede zorg voor het land, op de verstandige omgang met energie, het beperken van verpakking…. De producenten zijn bij voorkeur biologisch of bio-dynamisch, al heeft het opkleven van labels ook haar beperkingen en zijn ze voor de organisatie geen absolute leidraad.”)

  • Nombre : 167 groupes de 20 ménages environ en Flandre pour environ 100 producteurs (pas seulement maraîchers). 

  1. Dépôts de panier

3.1 Dépôt de panier organisé par une coopérative de producteurs

Coopérative Agricovert

  • Fonctionnement : La coopérative de producteurs à finalité sociale Agricovert organise la distribution des paniers vers des points de dépôt. Les consommateurs achètent sur commande ou s’abonnent pour une durée non déterminée. Les prix sont fixés lors de la réunion mensuelle qui réunit les producteurs.

  • Type d’agriculture : agriculture biologique, par forcément certifiée, tel qu’indiqué dans la charte.

  • Provenance/achat revente : la coopérative se fournit en grande majorité auprès de ses producteurs. En basse saison, elle se fournit auprès de GPFL/Interbio pour compléter. La coopérative achète aussi des agrumes et autres produits que l’on ne trouve pas en Belgique auprès d’une coopérative sicilienne (Incampagna).

  • Nombre : Moyenne de 350 paniers chaque semaine dans 48 points de dépôts à BXL, Gembloux, Nord de Namur et LLN ; Producteurs partenaires/coopérateurs : 22 maraîchers, 6 éleveurs, 6 producteurs divers. 

3.2 Dépôt de panier organisé par des producteurs individuels

  • Fonctionnement : Achat sur commande ou abonnement pour une durée non déterminée.

  • Type d’agriculture : Agriculture biologique

  • Provenance/Achat revente : Le producteur organise la distribution des paniers qui sont constitués en partie de sa propre production, et en partie d’achat-revente (achat direct auprès d’autres producteurs, une coopérative ou un grossiste).

  • Exemples : Biogroup, Cynorhodon, Den Diepen Boomgaard, De Kollebloem, De Loods, De Zonnekouter, Ferme de Montaval, Ferme Sainte-Barbe, Julienne, La Bourrache, Paniers verts, ’T Uilenbos

  1. Assembleurs de paniers et plateformes web

  • Fonctionnement et provenance des produits : Les assembleurs ne sont pas producteurs, mais des prestataires de services logistiques et administratifs. Ils achètent auprès de producteurs, de coopératives, et de grossistes et organisent la distribution. Les consommateurs achètent sur commande. Ce type de distribution n’est pas de la vente directe, mais du circuit court (vente avec un intermédiaire au plus). Quand les produits sont achetés auprès d’un grossiste (type Biofresh ou Interbio), on retrouve deux intermédiaires, ce n’est donc plus du circuit court !

  • Type d’agriculture : Variable selon les opérateurs. Souvent les légumes sont bio, mais pas forcément le reste (produits de l’élevage ou les préparations).

  • Exemples : Topino, Efarmz, La ruche qui dit oui, , L’Heureux nouveau, Menssana, Yamaah, Cookitude, Alternature, Tout l’or du monde, Exquisite Green, Bioceno

  • L’Heureux nouveauq

    • Service fourni et marge prise : L’heureux nouveau s’occupe de la livraison des producteurs aux points de dépôt à Bxl. La marge prise n’est pas connue.

    • Type d’agriculture : L’heureux nouveau n’a pas de charte, mais les producteurs pratiquent l’agriculture biologique.

    • Nombre : 34 points de dépôt

  • Ferme Nos pilifs : la ferme ne fournit plus de paniers, le service a été cédé à Efarmz en septembre 2017.

    • Topino

    • Service fourni et marge prise : Topino fournit une plateforme web de commande, et organise la distribution du producteur (ou de leur plateforme à Gembloux) jusqu’aux points de dépôt pour 30% du montant payé.

    • Type d’agriculture : Topino n’a pas de charte, mis à part une charte décrivant les obligations des producteurs qui ne précise pas le type d’agriculture soutenue: « Proposer des produits respectueux de l’environnement, Je travaille au minimum en agriculture raisonnée et m’engage à mettre en place des pratiques répondant au label d’agriculture biologique » (http://www.topino.be/fr/content/6-charte-des-producteurs), les produits ne sont donc pas forcément bio. Cf. la liste des producteurs.

    • Nombre : Il y a environ 25 points de dépôt Topino à Bxl et en région wallonne (11/2014).

  • Efarmz

    • Service fourni et marge prise : Efarmz s’occupe de la préparation des commandes et de la livraison jusqu’au domicile ou au point de livraison. Un forfait fixe de 2,5€ est demandé pour chaque commande. La marge prise n’est pas connue.

    • Type d’agriculture : Efarmz ne dispose pas de charte mais précise sur son site: « Nos produits viennent exclusivement des meilleures fermes belges ! […]. Certains produits sont bio, d’autres n’ont pas le label mais sont de fabrication artisanale ou issus d’une agriculture paysanne. Tous sont de saison, frais, préparés au moment de votre commande ! […].  Nous vendons aussi en petite quantité quelques fruits et légumes bio et de saison venant de petits producteurs de pays voisins (France, Pays-Bas et exceptionnellement Italie). »

    • Nombre : Une quarantaine de points de dépôt à Bxl et en région wallonne.

  • La ruche qui dit oui

    • Service fourni et marge prise : Le service rendu par la ruche est la mise à disposition de la plateforme web. Les producteurs livrent eux-mêmes la ruche et assurent la distribution dans le point de dépôt. Les frais de service représentent 16,7% du chiffre d’affaire HT des fournisseurs (producteurs). La moitié de ce pourcentage revient à la personne qui organise la ruche (gestion des relations avec les producteurs qui approvisionnent la ruche) et l’autre moitié revient à la société anonyme française Equanum, qui a mis en place le site web sur lequel se font les commandes et les paiements.

    • Type d’agriculture : La ruche a une charte, décrivant les engagements de chacun (http://www.laruchequiditoui.fr/homepage/charteTripartite), mais ne précise pas le type d’agriculture soutenue : « Fournisseurs issus de l’agriculture vivrière et des artisans professionnels » ; les produits ne sont donc pas forcément bio, et pas forcément issus de l’agriculture paysanne. Chaque ruche choisit les producteurs fournisseurs en fonction de ses priorités. Par exemple, la ruche de Forest est axée sur les produits artisanaux, favorisant les savoir-faire traditionnels.

    • Nombre : 8 à Bxl, 26 en région wallonne, 728 en France, 20 en Allemagne…

Sources
www.gasap.be

Saveurs paysannes, ‘Cadastre des GAAs, Etude sur les Groupements d’achats alimentaires’, Décembre 2011.

Test Achat, ‘Paniers bio, des produits locaux, frais et variés’, n° 576, Juin 2013.
http://www.test-achats.be/alimentation/aliments/en-direct/news-paniers-bio-des-produits-locaux-frais-et-varies
http://www.asblrcr.be/-Groupe-d-achat-commun-
http://www.asblrcr.be/pdf/Guide_creation_GAC_mai.pdf
http://www.groupesalimentaires.be/
Sites internet des différents producteurs/entreprises