Catégorie : news

AG 2024 : Façonner l’identité du Réseau pour répondre aux défis sociaux et sociétaux actuels !

L’assemblée générale approche, c’est le moment de l’année où nous partageons avec vous nos réalisations et projets, nos questions et nos réflexions. C’est aussi là où nous pouvons tous et toutes nous rencontrer, discuter, échanger… Bref, c’est immanquable, et vous êtes toutes et tous bienvenu.es !

Documents à lire et à voter !

Voici les documents à lire et à partager à vos groupes avant l’AG. Ce sont ces documents que vous devrez approuver de votre vote le jour J…

Docs zippés (pour tout choper en une fois!):

Infos pratiques

Quand : dimanche 24 mars 2023 de 13h30 à 18h (entre 13h30 et 14h, nous vous inscrivons et distribuons les bulletins de vote… Arrivez à temps, pour qu’on puisse commencer à 14h !)

Où : au CBO (C’est Bon d’être Ouvert), à Jette, Chaussée de Jette 407. C’est décentré, certes, mais accessible assez facilement car le lieu est accessible en :

  • métro : ligne 6 via arrêts de métro Simonis et Belgica sur la ligne 6
  • tram : ligne 51 (arrêt Belgica), ligne 9 et 19 (arrêt Broustin)
  • bus : ligne 212, 213 et 214 De Lijn ou 13, 49 et 87 de la STIB (arrêt Simonis) ou encore 14 (arrêt Belgica).

Qui : tout le monde est invité et bienvenu ! Mais la présence des membres effectifs de l’asbl, groupes ou prods, est requise pour que nous ayions un quorum suffisant pour vous représenter ! Du coup, nous allons vous relancer pour que une personne de chaque groupe s’inscrive. Attention, si vous n’êtes pas membre effectif.ve et venez pour représenter votre groupe, le/la membre effectif.ve devra vous signer une procuration !

Les liens pour s’inscrire. Nous avons créé des formulaires pour faciliter les inscriptions. Les liens sont ci-dessous. Attention, il y a un formulaire pour les groupes, un pour les prods, et un dernier pour les personnes qui veulent nous donner un coup de main à l’organisation… Choisissez le bon…

Formulaires de pré-inscription

Si vous venez pour représenter votre groupe (ou votre ferme/projet), la préinscription est hautement souhaitée… Si vous venez comme simple mangeur.euse ou curieux.se, c’est pas obligé, mais c’est pas mal non plus, comme ça on sait mieux évaluer combien on sera !

Groupes : https://framaforms.org/ag-reseau-des-gasap-2024-pre-inscription-1677064990

Prods : https://framaforms.org/ag-reseau-des-gasap-2024-pre-inscription-prods-1677068665

Aide orga : https://framaforms.org/aide-pour-organisation-de-lag-2024-dim-24-mars-1677075488

Si vous ne savez pas venir pour représenter votre groupe (ou votre ferme/projet), pensez à nous envoyer une procuration (documents ci-dessous) et nous la renvoyer à coordination@gasap.be !

Programme de la journée

  • 12h30-13h30 : Dîner avec les prods et bénévoles du Réseau
  • 13h30-14h00 : Inscription, accueil
  • 14h00-16h00 : présentation des rapports d’activités, bilan, plan d’action, budgets, statuts et VOTES !
  • Pause !
  • 16h30-18h00 : table rondes (thèmes encore à définir)
  • 18h00 : on prend un pot ? Sinon on se revoit tout bientôt bien sûr lors d’une de nos activités ou sur le champ!

Tagged with:

Les visites SPG de fin d’année 2023

Cette fin d’année 2023 a été propice pour les échanges entre vous (groupes et producteurs) grâce notamment aux dynamiques SPG.

Visite chez Maarten

« Les GASAP m’ont permis de continuer d’exercer mon métier. »

Maarten

Les échanges

Le point clé de cette visite participative, déroulée sous le soleil d’automne raisonne d’autant plus avec l’actualité agricole de ce début d’année 2024 (lire notre communiqué ici) : l’importance de revoir les prix des paniers pour arriver à assurer un prix rémunérateur pour Maarten. Accompagné par le soutien précieux d’une gasapienne dans son bilan comptable, ainsi que dans la discussion sur quels prix proposer par taille de panier en gardant une formule accessible aux foyers en difficulté, c’est sûr Maarten et ses gasapien.nes soulèvent des questions très actuelles !

Partage de bonnes pratiques

Faire un calendrier annuel pour les mangeur-euses avec les des dates clés pour l’ « aide sur le champ ». Maarten donne les exemples suivants :

  • nettoyage des vitres de la serre en printemps,
  • désherbage en juillet (période de vacances pour les saisonniers…),

Visite à la ferme de Stée

« Comment valoriser toutes les parties des animaux et tous les animaux ? »

Marie-Claire

Les échanges

Valorisation des parties oubliées, des parties nobles, des animaux de réforme ainsi que les actions en place pour faire face à la demande fluctuante : soit autant de questions qui ont alimentés les discussions de la visite participative à la Ferme de Stée !
La ferme a rouvert le magasin, dont les ventes ont repris, et l’aide d’une stagiaire soulage un peu la production à l’atelier !
Les commandes de viande comprennent rarement des morceaux nobles (steaks, gigots…), ce qui oblige la ferme à vendre du bifteck sous forme de hachis qui coûte moins cher mais qui est source de frustration pour les producteur-rices. Comment revaloriser ces viandes ? Comment inciter la vente de la viande des chevreaux ? Car oui, pour avoir du lait il faut des chevreaux…

Partage de bonnes pratiques

  • Rédiger une courte explication de la démarche avec des idées de recette par produit. Comme cela a été fait pour les poules de réforme !
  • Créer une fiche explicative par produit transformé avec ingrédients, allergènes, poids, DLC, inciterait plus de personnes à commander ! L’aide des mangeur-euse peut être très précieuse pour la rédaction !

Visite du Bercail

« Certaines choses se débloquent (enfin) et on a encore plein de projets »

John

Les échanges

Des chouettes nouveauté cette année : le classement en Zone Natura 2000 de l’espace de pâturage, la sécurisation du travail de Maïté et Sarah qui sont passées du statut de saisonnier.e.s à celui de salariées agricoles, la permission de lancer les travaux de rénovations de la bergerie, la collaboration avec Cabas pour les livraisons aux magasins !
Une recherche importante pour 2024 : financements pour la rénovation de la bergerie > à qui faire appel ?

Partage de bonnes pratiques

Pour fidéliser ses mangeur, le Bercail met en place depuis qlq années un système d’abonnement avec des cartes pré-payées à utiliser dans plusieurs points de vente. De quoi inspirer les producteur-rices-artisan-nes du Réseau !!!

Réglementations en faveur… des lobbies !

Nouveaux OGM : bataille pour la transparence et la souveraineté alimentaire

Plongeons dans l’actualité brûlante des nouveaux organismes génétiquement modifiés (OGM). La Commission européenne a récemment mis sur la table des techniques génomiques avancées, également connues sous le nom de NGT. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement pour nos agriculteurs et notre alimentation ?

  • Que sont ces nouveaux OGM ? Il s’agit d’organismes dont la génétique a été modifiée par des techniques sans introduction de gène étranger.
  • Pourquoi s’y opposer ? Elles posent des risques similaires aux OGM classiques pour l’agriculture paysanne et la santé des mangeurs et mangeuses. En voici le top 5 :
    1. contaminer les cultures biologiques et traditionnelles,
    2. réduire la biodiversité,
    3. favoriser l’usage de pesticides,
    4. créer des résistances chez les ravageurs et les maladies,
    5. avoir des effets indésirables sur la santé humaine et animale.
  • De plus, leur échappement à la réglementation et à l’étiquetage obligatoire prive les mangeurs et mangeuses de leur liberté de choix.

La Commission européenne souhaite assouplir les règles et autoriser ces nouveaux OGM sans contrôle ni transparence, ce qui suscite notre opposition en tant qu’association d’agriculture paysanne. Et tout s’est accéléré ces derniers jours :

Acte 1️⃣ : Le Parlement européen adopte avec une faible majorité la déréglementation des nouvelles techniques génomiques (NTG). Des élu.es belges ont voté pour !

Acte 2️⃣ : Victoire paysanne ! Le Conseil de l’Union européenne a mis un frein à cette proposition controversée. Raison ? La possible confiscation des semences (et donc du vivant) par des brevets. Cette décision bloque la déréglementation des NGT.

Restons vigilant.es face à ces enjeux cruciaux pour notre alimentation et notre environnement ! Et défendons :

  • les droits des paysan.ne.s en matière de semences (non-brevetage du vivant !)
  • les droits des citoyen.ne.s à une alimentation sans OGM
  • le principe de précaution.

En savoir plus :

Le règlement européen sur les pesticides tombe à l’eau

Un coup dur pour le monde agricole ! Ursula von der Leyen (présidente de la Commission européenne) a mis de côté le règlement européen sur l’utilisation durable des pesticides (SUR). Ce texte, pilier de la stratégie « de la ferme à la table », visait à réduire l’usage et les risques des pesticides. Les agriculteurs, engagés depuis longtemps dans cette réduction, sont prêts à continuer leur effort. Mais pour cela, ils ont besoin de moyens, pas de voir le Pacte vert européen relégué sur le banc de touche.

Pour lire la carte blanche dans son entièreté, visitez le site du lesoir.be.

Cosignataires : Amaury Ghijselings (CNCD-11.11.11), Jonas Jaccard (Humundi), Timothée Collin (Coordinateur du Réseau des GASAP), Jean-Pascal Labille (Secrétaire général de Solidaris), Alexis Garcia (Directeur de Arsenic2), Sylvie Meekers (Directrice générale de Canopea), Christophe Goossens (ECLOSIO), Manuel Eggen (FIAN), Alice Jandrain (Iles de Paix), Albane Aubry (Greenpeace Belgique), Sabine Renteux (Mouvement d’action paysanne), Magali Guyaut (Collectif 5C), Samuel Hubaux (Nos Oignons), Marjolein Visser, professeure (systèmes agraires et agroécologie) à l’ULB et présidente de RUCOLA.

La rémunération des paysan·nes, notre santé et l’environnement ne s’opposent pas !

Depuis vendredi dernier, les agriculteur·rices revendiquent des conditions de travail et de rémunération justes. Le Réseau des GASAP (Groupes d’Achats Solidaires de l’Agriculture Paysanne) exprime son soutien total aux paysan·nes !

Nous, agriculteurs et agricultrices, citoyens et citoyennes, membres du Réseau des Gasap travaillons à mettre en œuvre la transition agroécologique* paysanne. Notre modèle garantit un revenu plus juste aux paysan·nes. Il propose aux citoyen·nes l’accès à une alimentation saine, de qualité et sans compromis avec l’environnement.

Le malaise du monde agricole est ancien et la colère actuelle est légitime

Notre Réseau de producteur·rices et consommateur·rices, s’est construit il y a plus de dix ans en ré­ponse à un double scandale, la difficulté de trouver une alimentation locale de qualité et la trop faible rému­nération des paysan·nes.

Quelles que soient les filières, les risques inhérents à ce métier doivent être partagés et équilibrés entre tous·tes les acteur·rices. Le revenu des paysan·nes doit être garanti par des mécanismes de coopéra­tion :

  • via une contractualisation entre les producteur.rices et acheteur.euses comme nous le prati­quons dans les GASAP
  • via une interdiction de l’achat de produits agricoles en dessous du prix de revient
  • par une réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) et la mise en place de politiques belges cohérentes en vue de soutenir les productions qui respectent l’environnement.

Soutien massif aux paysan·nes pour un revenu juste !

La production d’une alimentation agroécologique* peut être rémunératrice, si les pouvoirs publics le dé­cident et agissent en ce sens. De nombreuses fermes sont déjà engagées dans cette transition pour faire face aux dérèglements climatiques, mais elles ne sont pas assez aidées. La transition doit être accompa­gnée économiquement et socialement, dans le respect de la dignité des personnes. Nous appelons donc les représentant·es politiques à soutenir massivement ces initiatives.

Soutenons l’agriculture paysanne !

Le Réseau des GASAP rejoint la mobilisation paysanne :

  • Pour une juste rémunération.
  • Pour une démocratie alimentaire qui garantit une alimentation durable accessible à tou-tes.

Contact presse : Timothée Collin, coordinateur, coordination@gasap.be, 0487 90 62 69.

Porte-paroles : Freddy Vander Donckt, producteur, 0498 59 09 54

Jonas Jaccard, gasapien, 0495 27 56 96

* Par agroécologie, on entend un système de production qui au-delà des critères de l’agriculture bio­logique, tient compte d’aspects environnementaux, économiques et sociaux plus larges. Voir plus de détails :
https://ga­sap.be/wp-content/uploads/2021/06/Charte-2021-et-engagement-1.pdf

Une petite belote agroécologique ?

Découvrez le jeu de cartes qui va changer votre vision de l’agroécologie !

L’agroécologie prône un système alimentaire durable, sain, de qualité, local, humain, et respectueux de l’environnement. Elle est plus que jamais au cœur des débats. De nouvelles voix émergent, et prétendent défendre cette cause, mais leurs intentions ne sont pas toujours aussi pures qu’elles le clament.

C’est dans ce contexte que le Réseau des GASAP a décidé de prendre l’initiative. Nous avons créé un jeu de cartes didactique pour répondre à la question : « L’agroécologie, c’est quoi ? ». Ces cartes sont conçues pour informer, déconstruire les idées préconçues, et proposer des actions concrètes en faveur de l’agroécologie, notamment rejoindre vos groupes et ainsi fédérer de nouveaux membres !

Ce jeu de cartes a été élaboré en puisant dans différentes sources d’informations, notamment :

  • le référentiel de l’agroécologie ;
  • le mémorandum 2024 d’AiA ;
  • la charte des GASAP
  • et les rapports des visites SPG.

Nous vous invitons à utiliser cet outil dans vos groupes pour sensibiliser vos membres et les citoyen·nes de votre quartier intéressé·es par les GASAP, les paniers proposés, et l’agroécologie. Nous pouvons vous présenter et animer ce jeu dans vos groupes pour susciter des discussions passionnantes.

Pour recevoir gratuitement ce jeu et bénéficier d’une animation offerte par le Réseau des GASAP, nous vous invitons à nous contacter directement via coordination@gasap.be. C’est le moment de faire la différence et de répandre nos valeurs pour une agroécologie comme outil d’une alimentation saine et un avenir durable accessibles à tou·tes.

Ensemble, nous pouvons façonner un avenir (alimentaire) plus respecteux des humains (notamment les prods) et de notre planète Terre.

Enfin, nous tenons à remercier particulièrement Bruxelles Environnement et le plan Good Food qui nous ont soutenus activement dans notre démarche.

P.S. Oxfam Magasins du Monde a déjà adopté ces cartes pour certains de leurs événements, montrant l’intérêt de cette initiative. D’autres structures nous ont soutenues et comptent utiliser le jeu également. Faites partie du mouvement !

Marché paysan (Gasap on Tour) de Noël!

Vous l’attendiez, le prochain marché Gasap on Tour de Noël, rebaptisé « Marché paysan », se tiendra le mardi 12 décembre de 17h à 19h aux Halles Saint-Géry, place Saint-Géry 1 à Bruxelles. Un lieu de culture pour accueillir l’agri-culture locale, c’est pas mal, non ?

Comme d’hab, les prods comptent sur vos pré-commandes pour assurer leurs revenus lors de ce marché, même si vous pourrez aussi acheter (quasi) tout ce que vous voulez sur place !

Pré-commandes jusqu’au vendredi 9 décembre minuit ! Dépêchez-vous! Et scrollez bien, il y a beaucoup!

Possibilité de boire un verre et manger un bout sur place (bar des Halles)…

A vos claviers:

Pour les fêtes, régalez vos ami.es et familles avec les bons produits de nos prods.

Les bons produits à découvrir…

  • Des légumes de Galipac et des jardins de l’Abondance. Si votre Gasap est en trêve hivernale, faites-vous plaisir, ils sont top et tout frais!
  • Koen de Rom vous propose de la viande de poulet, porc, bœuf: divers morceaux, et aussi ses fameux colis ! Egalement des charcuteries et fromages...
  • Champignons et kit de culture de pleurotes de Permafungi (chouette cadeau!)
  • Et avec ceci ? Des pâtes bien sûr ! Les délicieuses pâtes fraîches d’Entre Nous seront là également.
  • Fruitratje et ses délicieux jus de fruits, sirops et confitures.
  • Sans oublier les produits chocolatés et savoureux d’Eugène Chocolatier
  • Envie de piquant ? Essayez les pâtes de piment des Piments de Fati
  • Des tisanes de chez Ma Forêt ! Il y en a une pour la détox… Utile après les fêtes!
  • Les Moutons de Bruxelles nous proposent de jolies décorations de Noël en laine ou de la laine à tricoter

Les pré-commandes : mode d’emploi

Cette fois-ci, les précommandes passeront par OpenFoodNetwork*

  • Suivez ce lien : https://openfoodnetwork.be/marche-paysan/shop
  • Scrollez et choisissez vos produits, ajoutez-les au panier. Vous pouvez filtrer par type de produit, pour plus de facilité
  • Une fois votre commande terminée, cliquez sur l’icône en forme de panier en haut à droite de l’écran.
  • Vérifiez votre panier, puis cliquez sur « poursuivre ».
  • Remplissez vos informations et choisissez le mode de paiement: possibilité de paiement en ligne par carte de crédit (attention cela implique des frais supplémentaires pour vous) OU paiement par virement (faites-le tout de suite, car c’est le paiement qui valide la commande et les oublis sont fréquents)
  • Nouveau ! Désormais vous recevez une confirmation de votre commande par mail !
  • Quelques jours après la clôture des commandes, nous vous enverrons un rappel des détails pratiques.
  • Le jour J, vous embarquez des sacs et venez récupérer vos affaires !
  • Parlez-en autour de vous, invitez des ami.es à boire un verre, c’est Noël, après tout !
  • Attention, clôture des préventes mercredi 6 décembre à midi

* Nous tenons à remercier chaleureusement:

  • notre partenaire, Oxfam-Magasins du monde, qui développe la plateforme OpenFoodNetwork, e-shop des circuits courts que nous utilisons pour ce marché paysan !
  • Les Halles Saint-Géry, pour leur soutien.

Le Réseau recrute un.e chargé.e de partenariat et communication (pour le projet SPG)

Rejoignez une équipe engagée !

Chargé.e de partenariats et de communication(H/F/X) au sein du Réseau des GASAP asbl

Téléchargez le PDF de l’annonce !

Convaincu.e que la réorientation du système alimentaire actuel fait partie de la solutionaux problèmes sociétaux actuels ? Envie de mettre votre énergie au profit de l’agriculture paysanne ? De travailler dans une association qui regroupe des citoyen.nes actif.ves et des producteur.ices wallons, flamands et bruxellois ? Cette offre est faite pour vous !

Le Réseau des GASAP (Groupes d’Achats Solidaire de l’Agriculture Paysanne)1 est une asbl qui comprend une quarantaine de producteur.rices, et une centaine de groupes de citoyen.nes rassemblant plus de 2000 ménages. L’équipe opérationnelle du réseau comprend 4 personnes : 1 coordinateur, 1 chargée de projet SPG, 1 chargée de projet GASAP sociaux et 1 chargée de communication.

Le Réseau des GASAP est à la recherche d’un.e chargé.e de partenariats et de communication pour participer au développement de la plateforme inter-associative2 du système participatif de garantie (SPG)3 en Belgique francophone. La Région wallonne fait de nouveau confiance au Réseau des GASAP en poursuivant l’octroi de son subside. Plus concrètement, elle est convaincue que ce processus aura un impact positif dans son plan Food Wallonia. Pour la personne engagée, l’enjeu est double :

  • Amplifier cette plateforme et mieux la faire connaître, via la mise en valeurs d’outils préexistants, et le développement de notre approche.
  • Communiquer sur les actions menées au sein du projet et du Réseau via le développement d’un plan de communication et des outils pour sa mise en œuvre.

Le contrat est un CDD à 4/5e ou temps plein d’une durée de 1 an minimum. Prolongation possible du poste en fonction des financements. Salaire attractif.

Que cherchons-nous ?

Nous vous offrons la possibilité de développer vos talents au sein d’une équipe motivée par l’agriculture paysanne et l’alimentation durable, d’être en contact avec un large réseau d’acteurs et d’actrices, et enfin d’avoir un impact direct et positif en mettant vos compétences de réseautage, facilitation et communication au service de réalisations concrètes.

Missions

  • Contribuer au développement du projet SPG (établir/renforcer des partenariats, faire connaître le projet) et amplifier son impact
  • Favoriser les liens entre le Réseau et les acteur.rices de l’alimentation durable, de l’agroécologie et de l’agriculture paysanne.
  • Renforcer l’équipe pour sublimer et mettre en avant le travail qu’iels font au quotidien

Description de la fonction :

  • Création de partenariats :
    • Identifier et faire adhérer au projet SPG les acteur.ices de l’agroécologie, de l’agriculture paysanne et de la transition ;
    • Créer des partenariats solides et durables avec ces acteur.ices ;
    • Animer et faciliter les échanges au sein de ce réseau de partenaires
    • Promouvoir le projet SPG et les outils qui y sont développés ;
    • Porter le projet de plateforme SPG auprès des parties prenantes
  • Communication :
    • Développer une stratégie de communication autour du SPG, en cohérence avec la stratégie de communication du Réseau de Gasap
    • Créer et rédiger des contenus pertinents et de qualité (articles, vidéos, infographie…) pour des canaux de communication variés (réseaux sociaux, site web, brochures, rapports, dépliants…).
    • Animer et dynamiser les réseaux sociaux
    • Participer aux activités et événements de promotion du Réseau

Profil recherché :

  • Diplôme universitaire (sciences humaines, agronomie,…) ou de l’enseignement supérieur de type long.
  • Expérience en communication (min. 3 ans) :
    • Expression écrite (capacité de vulgarisation, créativité, style, orthographe…) ;
    • Expression orale (prise de parole aisée en public) ;
    • Facilité à produire du contenu de qualité (visuel, audio, écrit) ;
    • Production de contenu multimédia (réalisation et montage audio, vidéo) ;
    • Connaissance des outils web (WordPress) et des réseaux sociaux.
  • Expérience en tant que développeur.euse de projet (min. 2 ans) ;
  • Expérience en animation et facilitation (min. 2 ans) ;
  • Connaissance établie du réseau d’acteur.rices wallon.nes et bruxellois.es ;
  • Capacité de réseautage (carnet d’adresses) ;
  • Maîtrise et intérêt pour les logiciels libres (Open Office, Linux, Frama…) ;
  • Permis B + voiture.

Qualités recherchées

  • Sens de l’organisation et de la débrouille dans une petite structure ;
  • Dynamisme, autonomie et proactivité ;
  • Bon sens relationnel et esprit d’équipe ;
  • Capacité d’adapter ses interventions en fonction des interlocuteur.rices (producteur, mangeur, organisation, pouvoir subsidiant…) ;
  • Vision partagée avec le Réseau sur notre système alimentaire ;
  • Connaissance et vif intérêt pour les projets du Réseau ainsi que les thématiques liées à l’agriculture paysanne et à l’alimentation durable.

Atouts supplémentaires appréciés

  • Une maîtrise d’autres langues : néerlandais et/ou anglais.
  • Des connaissances techniques (de base) en maraîchage et en élevage
  • Une connaissance préalable du SPG

Qu’offrons-nous ?

  • Un emploi à haute valeur sociétale au service de l’agriculture paysanne et de l’alimentation durable.
  • Une fonction passionnante et variée au sein d’une équipe engagée
  • Un CDD à temps plein (ou 4/5e) d’un an minimum (avec possibilité de prolongement) ;
  • Une rémunération attractive, échelon 4.2, CP 329.02 (avec reconnaissance jusqu’à 10 ans d’ancienneté pour dans des postes équivalents) ;
  • Un ordinateur de fonction et une carte de téléphone pro ;
  • Un bureau à proximité de la gare d’Etterbeek avec télétravail possible ;
  • Un horaire flexible (travail en soirée et le week-end) ;
  • Engagement début novembre 2023.

Comment postuler ?

Envoyez-nous votre candidature avant le 16 octobre 2023 à 12h à coordination@gasap.be  avec comme objet « Chargé.e de partenariats et communication ». Elle comprendra en pièces jointes (pas dans le corps du mail :

  • votre CV (une page max) Des exemples de vos réalisations sont bienvenus ;
  • une lettre de motivation (une page max) ;Elle doit nous expliquer ce que vos compétences/expériences peuvent nous apporter concrètement

1 Voir plus d’informations : www.gasap.be

2 La plateforme est portée par le Réseau des GASAP et e Mouvement d’Action Paysanne (MAP).

3 Voir plus d’informations : https://gasap.be/spg-2/

Guacamole de brocolis

Tu adores le guacamole mais tu te restreints car son empreinte écologique est catastrophique ? Cette recette est pour toi. Fraîche et gourmande, tu vas pouvoir reprendre tes tacos party sans impact sur l’environnement!

Pour cette recette tu auras besoin :

  • 1 brocoli
  • des tomates cerises
  • 1/2 oignon rouge
  • 1/2poivron vert
  • 1 botte de coriandre
  • 1 citron vert
  • épices: cumin, gros sel, poivre, paprika, ail (ou sachet d’épices à guacamole si as la flemme)
  • huile d’olive

Pour commencer, tu fais cuire tes brocolis en fleurettes dans l’eau bouillante pendant 7-8min.

Réserve-les ensuite, et éponge-les sur un essuie.

Pendant ce temps, tu vas hacher ta coriandre, tes tomates (cubes de la taille de ton choix), ton oignon, ton poivron (aussi taille de ton choix).

Tu vas également presser ton citron.

Quand tu as fini, prends ton mixeur et mixe-y : le brocoli, la moitié de tes morceaux de poivrons, la moitié de ta coriandre, la moitié des tomates, l’oignon, la moitié du jus de citron et les épices. Ajoute un filet d’huile d’olive. Mixe tout ça jusqu’à l’obtention d’un guacamole.

Verse tout dans un bol. Creuse un puits au milieu et ajoute le reste : de la coriandre, des poivrons, des tomates cerises et du jus de citron. N’hésite pas à ajouter une pointe de fleur de sel et du poivre.

Laisse reposer une bonne demi heure au frais et c’est déjà prêt !

La recette en vidéo ? C’est ici !

Bon appétit!

Tagged with:

Greenpeace et le Réseau des Gasap s’unissent pour une alimentation de qualité accessible à toustes

Greenpeace et les GASAP offriront des produits issus d’une agriculture durable à la banque alimentaire de Bruxelles-Brabant

En 2022, 600 000 personnes ont eu recours à des services d’aides alimentaires en Belgique. Greenpeace lance dès ce lundi un appel aux dons. Il permettra à la banque alimentaire de Bruxelles-Brabant de se fournir au sein du Réseau des Gasap, afin que les bénéficiaires puissent accéder à des produits frais issus de fermes locales et agroécologiques.

La campagne se tiendra du 11 au 24 septembre. Les dons récoltés par Greenpeace Belgique permettront à la banque alimentaire de Bruxelles-Brabant de se fournir chez les producteurs et les productrices du Réseau des Gasap (Groupes d’Achats Solidaires de l’Agriculture Paysanne). “Ce réseau fonctionne exclusivement avec des fermes locales qui ont des pratiques agroécologiques et qui commercialisent en circuit court” explique Francesca Baldin, chargée de projet SPG au sein du Réseau des Gasap. “Le prix de nos paniers de fruits et légumes garantit une rémunération juste sur le long terme aux producteur·rices.” 

Se nourrir est aujourd’hui devenu un combat pour de nombreux·euses citoyen·nes. La précarité alimentaire a explosé. En 2022, 600 000 personnes, dont 90 000 à Bruxelles, ont eu recours à des services d’aides alimentaires. Cela inclut les distributions de colis alimentaires, les restaurants sociaux, les épiceries sociales, les frigos solidaires, etc. 

A l’autre bout de la chaîne, les secteurs bio et circuit court ont eux aussi beaucoup souffert des dernières crises et de l’inflation. En moyenne, chaque Belge n’aura dépensé que 84 euros en 2022 pour des produits issus de l’agriculture biologique. “Dans un contexte où l’industrie agroalimentaire mène la danse et exerce une pression pour maintenir ses profits au plus haut niveau, il est très difficile de résister pour les producteur·rices qui respectent l’environnement, la biodiversité et la santé des consommateur·rices” estime Albane Aubry, chargée de campagne agriculture et alimentation chez Greenpeace Belgique. “Ce type d’agriculture est pourtant un des socles d’une société plus résiliente face à la crise climatique et à l’effondrement de la biodiversité. Notre initiative montre l’urgence de les soutenir.”

Cet appel aux dons de Greenpeace entend donc montrer que la lutte contre la précarité alimentaire et l’avènement d’une agriculture durable doivent être tous les deux être abordés d’urgence dans le cadre d’une refonte complète de notre système alimentaire. “Avec cette campagne, nous voulons d’abord soutenir les personnes en situation de précarité et les agriculteur·rices. Mais nous souhaitons aussi envoyer un signal fort et montrer que l’accès à une alimentation durable et de qualité pour tou·tes devrait être une priorité pour nos responsables politiques” conclut Albane Aubry.

Lien à partager et à cliquer pour faire un don : https://www.greenpeace.org/belgium/fr/agir/paniers-fermiers-solidaires/

[Communiqué de Greenpeace]

Tagged with: ,

Valériane, la tisane et les accises

Vendredi 1er septembre. Ouverture du salon Valériane. Vlà ti pas que débarquent les agents de la douane, avec pour mission de contrôler et réclamer les accises (= taxe spécifique) sur les boissons. Comme nous, vous pensez à l’alcool. Mais non, en fait. Outre l’alcool, ils réclament leur dû aux… tisanier.es !

C’est un tisanier du Réseau qui nous raconte tout cela. Lui, il produit des teintures-mères (qui contiennent de l’alcool) et il paie les accises sur ces produits-là. Par contre, pour les tisanes,… Les agents lui promettent que, outre la taxe, à payer rétro-activement sur base de son chiffre d’affaires, il devra aussi s’acquitter d’une amende.

Sur le moment, ces producteur.rices se sont senti.es très seul.es. Rapidement, l’Union belge des Herboristes propose de payer les amendes qui mettraient en difficulté les tisanier.es, et s’engage avec Nature & Progrès (N&P) à demander des éclaircissements. N&P de son côté, dit que ce n’est pas le premier contrôle des accises, mais que en général, les agents ne contrôlent que les produits alcoolisés. Au niveau légal, c’est vrai que (depuis 2014), toutes les boissons non alcoolisées (ou produits servant à faire des boissons, donc les herbes pour le thé ou la tisane) sont soumises aux accises. La taxe, en 2014, s’élevait à 37 € pour… 100 kilos d’herbe sèche. Soit 5000 sachets de 20 grammes (on vous évite le calcul). Apparemment, la taxe en 2023 s’élève à 68 €/100 kg.

C’est dire si l’Etat belge aura arrondi ses fins de mois avec cette descente spectaculaire (et répétée le dimanche) qui a, selon les cas, ému ou fait flipper les exposant.es du monde du bio.

Notre réflexion, à nous, c’est qu’une fois de plus, on cible les petit.es producteur.rices, gratuitement (dans tous les sens du terme, vu la recette ridicule que cela va générer). Ça ressemble fort à certains contrôles de l’AFSCA, de triste mémoire. En outre, d’après divers échos de tisanières interrogées, c’est un peu à la tête du client… On négocie ou pas le montant à payer… Tout cela est très flou.

Pour conclure sur une note positive, cet incident aura permis aux herboristes de se serrer les coudes, et d’activer les outils dont ils disposent pour gérer la situation : partage d’infos via un groupe Whatsapp, diffusion d’un document-type pour réagir, etc. Affaire à suivre…