Les producteurs

Les producteurs du Réseau travaillent en respectant la Charte du Réseau, qui s’inspire de celle de l’agriculture paysanne française. Ils travaillent dans des fermes familiale, de petite taille. Ce sont ces fermes qui ont besoin du soutien de mangeur.euse.s qui s’engagent à long terme dans un lien de soutien et de confiance.

La ferme du Trieu

photo ferme

Des légumes de saison en direct du producteur aux consomm’acteurs...

Lire
photo ferme

La ferme du Trieu

Maraîcher

Des légumes de saison en direct du producteur aux consomm’acteurs

Par une magnifique journée de fin novembre, nous arrivons, Nadia, Chloé et moi, chez Denis Dal. « Vous m’aviez dit 9h alors… ».
Hé oui, ayant une bonne heure de retard, Denis, accompagné d’un ami maçon, s’était déjà lancé dans la restauration d’un pan de mur de la grange en pierre située sur son terrain. Nous l’aidons à mettre en place l’échafaudage, « En fait ça tombe bien que vous arriviez maintenant ! », nous faisons un petit tour du jardin potager avant qu’il nous invite à boire un jus de pomme délicieux chauffé par les rayons du soleil.
« J’ai commencé sur une parcelle de trente mètres sur quarante avec un potager familial ! ». Une petite maison allongée avec un petit hectare adjacent, situé entre un manège de chevaux et un des plus gros producteurs de fraise de Wallonie. « Je ne suis pas un businessman, je ne veux pas vivre comme un patron et me demander ce que j’ai fait de ma vie à soixante-cinq ans ! ».
Effectivement, cet amoureux de la terre ayant étudié à l’atelier de peinture de l’ERG (Section Art Graphique de Saint Luc), s’est fait avoir par les charmes de la vie de paysan ! Originaire de Gerpinnes mais natif de Bruxelles où il a d’ailleurs passé les dix dernières années, il vit et cultive maintenant à Joncret sur un peu plus d’un hectare via une « couveuse d’entreprise » liée au statut d’indépendant.
« C’est très dur quand on s’installe comme agriculteur. Au début, on est obligé de se mettre comme indépendant et le salaire n’est vraiment pas très élevé… ». Mais ce n’est pas ce qui a découragé Denis !
Piqué il y a trois ans en essayant de cultiver des choux, il a connu par hasard les GASAP au détour d’une soirée bruxelloise, et l’aventure a débutée comme cela.
« Ce sont les GASAP qui m’ont fait devenir agriculteur ! A la base ce n’est pas mon métier, je ne suis pas fils de paysan. ». Denis livre actuellement à peu près 7 GASAP sur Bruxelles, de juillet à novembre. Le travail commence en février-mars avec les semis, les récoltes peuvent commencer en juin, et c’est une bonne centaine de paniers que Denis livre tous les jeudi sur trois communes bruxelloises.
« Au début je ne faisais que cinq ou six paniers pour les potes, et puis j’ai commencer à comprendre un tout petit peu la nature. Par exemple je ne travaille quasiment pas mon sol. Je préfère mettre en place un équilibre et puis ne plus y toucher. Mais c’est le début, j’ai encore beaucoup à apprendre ! ».
Rempli de modestie et d’humilité, Denis travaille comme il le sent, soucieux de fournir des paniers bien remplis et de qualité aux GASAP avec lesquels il travaille.
« J’aime beaucoup les GASAP, et je préfère savoir à qui je vends mes légumes. Avec les groupes on rencontre des gens, des humains. C’est parfois un peu compliqué de circuler dans Bruxelles pour faire mes livraisons mais les gens sont fidèles, ça fait plaisir ! ».
Une belle aventure qui commence pour ce jeune artiste-peintre reconverti en paysan pendant les belles saisons. Ses toiles, aujourd’hui, sont autant faites de peinture à l’huile, que de terre et d’amour. Une belle leçon de vie.

Ferme du Trieu
Denis et Nathalie
Gerpinnes

Hof Seghers

photo ferme

Hof Seghers est un ferme Biologique indépendante située à Bever,...

Lire
photo ferme

Hof Seghers

Maraîcher

Hof Seghers est un ferme Biologique indépendante située à Bever, entre Enghien et Lessines.
Pour les GASAP’s elle travaille en collaboration avec d’autres producteurs travaillant près de chez elle dont Peter Frischkorn, Johan Kalkoen et Jean Pierre de Leener.
Les fruits et jus (entre autres de « Pomme Betterave Rouge ») viennent de la ferme de Danny Billens appelée « Bioschuurke » au cœur du Pays de Pajottes.

Ferme Hof Seghers
Gislene De Weerdt-Geerts et Marc Seghers
Bever

Ourobouros

photo ferme

Fruits et légumes en biodynamie à Munkzwalm Le ferme Ourobouros...

Lire
photo ferme

Ourobouros

Fruits, Maraîcher

Fruits et légumes en biodynamie à Munkzwalm

Le ferme Ourobouros est située à Munkzwalm, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Bruxelles. Karel Houdmont et Sofie De Valck y cultivent des légumes oubliés et des fruits sur 6 ha de potagers et vergers.
Leur compétence et leur gentillesse se traduisent par la file d’attente sur les marchés qu’ils desservent !
Ils ont commencé à livrer deux groupes à Saint-Gilles, avec une permanence commune aux deux groupes car ils souhaitent rester pendant la permanence pour rencontrer les mangeurs, ce qui crée un chouette échange.
Leur production est labellisée bio.

Ferme Ourobouros
Zwalm

www.ourobouros.be

La ferme de Jambjoule

photo ferme

La Ferme de Jambjoule est une petite ferme herbagère de...

Lire
photo ferme

La ferme de Jambjoule

Eleveur, Laiterie (vache)

La Ferme de Jambjoule est une petite ferme herbagère de la Famenne, à Villers-sur-Lesse, près de Rochefort.

Un troupeau de 20 vaches laitières Jersey y est élevé ; ce sont des bovidés assez rustiques dont le lait est entièrement transformé à la ferme en divers produits finis.

Les sous-produits de la fromagerie sont valorisés par quelques cochons.

Il y a également un troupeau de 250 brebis de races locales menacées (Ardennais Roux et Mergelland) qui pâturent des réserves naturelles très diversifiées du Parc Naturel Lesse et Lomme. Les agneaux et la laine sont vendus.

Enfin, la ferme compte un petit poulailler, quelques ares et une serre pour les légumes et 4 ruches.

Dès le départ en 2003, Bernard et Valérie ont opté pour l’agriculture biologique dans l’ensemble des activités de la ferme et ils sont engagés dans des mesures agro-environnementales. Ils bénéficient de la labellisation bio.

Une grande partie de la commercialisation de leurs produits est assurée soit au magasin de la ferme, soit via les GASAP et autres GAC’s, soit encore via des partenaires revendeurs présents sur des marchés ou des magasin.
La ferme de Jambjoule livre le GASAP les Biscôteaux à Schaerbeek (http://www.gasap.be/gasap158) et le Lactopompain à Etterbeek/Ixelles (http://www.gasap.be/LactoPompomGAS) le samedi matin tous les 15 jours.

Ferme de Jambjoule
Bernard et Valérie Convié
Villers-sur-Lesse
jambjoule.be

David Duchêne

photo ferme

Tout petit il rêvait d’une ferme avec des arbres partout...

Lire
photo ferme

David Duchêne

Boulanger, Eleveur, Maraîcher

Tout petit il rêvait d’une ferme avec des arbres partout et des pommes à croquer….

Adolescent, il rêvait d’un domaine avec une ferme en carré, des animaux de toutes sortes et un beau tracteur….

A 30 ans, après quelques années d’enseignement, le rêve revient, l’appel de la terre… mais quand on est pas issus du monde agricole, c’est pas facile de savoir par où commencer ! La formation du CRABE et puis quelques stages très formateurs le décide ! De fil en aiguille, de bons conseils en bons contacts, il se lance ! Le métier d’agriculteur lui convient bien : le travail à l’extérieur, la production de bons légumes, les contacts, une vie qu’il souhaite plus simple. Il partage son temps entre l’éducation de ses cinq enfants, l’élevage des légumes, la culture des cochons et la fabrication du pain.

David Duchêne a commencé à travailler à la Ferme de Vévy Wéron à Wépion, ensuite il s’est installé dans la région de Cerfontaine-Philippeville, à Senzeilles.
Il cultive 2 hectares en maraîchage et se diversifie de plus en plus ! David a des poules pondeuses, des porcs (il fait des colis de porc et de la charcuterie – ses saucissons sont réputés !).
Les produits maraichers sont labellisés bio et Nature et Progrès.
Vous pouvez aussi goûter sa production au magasin de sa ferme.

GaliPac

photo ferme

« Environnement, alimentation saine et biodiversité » Jeune maraîchère installée en 2012...

Lire
photo ferme

GaliPac

Maraîcher

« Environnement, alimentation saine et biodiversité »

Jeune maraîchère installée en 2012 à Bousval à 45 km de Bruxelles, elle est maintenant installée à Nethen près de Grez-Doiceau depuis avril 2014. Elle a suivi une formation en maraîchage biologique au CRABE . Elle cultive une bonne variété de légumes dont des espèces indigènes.

« Ce projet a pour but de démontrer qu’il est possible de s’alimenter tout en préservant notre terre mère »

Léa Corroy
Nethen, Grez-Doiceau
http://www.galipac.be

Frédéric Jadoul

photo ferme

Frédéric a une exploitation maraîchère et fruitière (pommes et raisins)...

Lire
photo ferme

Frédéric Jadoul

Maraîcher

Frédéric a une exploitation maraîchère et fruitière (pommes et raisins) labellisé bio à environ 40 km de Bruxelles.

Il a démarré en 1993 en commercialisation d’un nombre réduit de produits via un grossiste, puis il est passé progressivement à un élargissement de la gamme pour s’adresser de plus en plus à des consommateurs, en vente directe.
Avant de commencer son activité, il travaillait comme salarié dans une association de conseil technique aux producteurs.

Il cultive actuellement sur 2 ha, dont 40 ares en tunnels. Il travaille sur ses terres avec un pool de 6 personnes, qui assurent en rotation une présence journalière de 2 personnes.
Il livre plusieurs GASAP, ainsi que deux magasins bio en région wallonne et la coopérative à finalité sociale Agricovert.

Les objectifs sont, via la diversité des productions, d’offrir aux consommateurs des produits de l’exploitation et de producteurs associés dans la coopérative Agricovert tout au long de l’année. Cette démarche offre au personnel de l’exploitation l’opportunité de prester de manière régulière toute l’année également.
Des productions autres que maraîchères peuvent être envisagées afin de permettre un calendrier harmonieux et moins soumis aux aléas climatiques.

Frédéric Jadoul
Aische-en-Refail

La bergerie du bercail

photo ferme

Du fromage de brebis de Watermael-Boitsfort Le Bercail est un...

Lire
photo ferme

La bergerie du bercail

Laiterie (brebis)

Du fromage de brebis de Watermael-Boitsfort

Le Bercail est un projet d’agriculture urbaine participative situé au cœur de la commune de Watermael-Boitsfort, au sud de Bruxelles. L’activité principale de la ferme est l’élevage de brebis laitières. Avec le lait des brebis, nous faisons du fromage et du yaourt que nous vendons principalement en vente directe aux habitants du quartier. Les animaux ont la chance de paître à l’ombre d’un vieux verger, au sein du parc du Couvent Sainte Anne. Malgré leur âge, les arbres portent encore de nombreuses pommes avec lesquelles nous réalisons du jus naturel non filtré. Un des objectifs du projet est de montrer qu’une agriculture paysanne, locale, viable économiquement, respectueuse de l’environnement, des animaux et des humains est possible.

Le projet s’intègre également à la Ferme du Chant des Cailles, lancée en 2012 sur un terrain de la cité jardin du Logis. Sur ce deuxième terrain, nous mettons les agneaux une fois ceux-ci sevrés. Mais ce n’est pas le seul projet développé sur ce champ : des activités sont également développées par d’autres agriculteurs urbains : maraîchage en auto-récolte, plantes aromatiques et médicinales + un jardin collectif rassemblant une septantaine de personnes du quartier. Les projets sont autonomes mais réunis sous la coupole d’une ASBL : La Ferme du Chant des Cailles.
L’objectif principal de la ferme est de développer une dynamique collective et participative entre les différents pôles du projet et avec le quartier autour des thèmes de l’agro-écologie, de la souveraineté alimentaire, de l’agriculture paysanne,…

La vente des fromages se déroule du mois d’avril au mois d’octobre sous différentes formes :

Des mini-marchés à Boitsfort :
- Au Chant des Cailles (avenue des Cailles) le dimanche de 14H à 16H
- Au Psylophone (rue de l’Hospice Communal) le mardi de 19H à 21H
- A l’Espace Delvaux (Place Keym) le mercredi de 19H à 21H

Abonnement GASAP :
Un panier de deux fromages au choix par semaine pendant 20 semaines dans un des trois points de dépôts (même lieu et même heure que les mini-marchés).

Commandes  : réduction possible pour les grandes quantités.

Avec un abonnement GASAP vous aidez Antoine, Jérémy et Jamina à mieux organiser leur travail, et vous leur assurez un revenu garanti sur l’année, c’est la meilleure option pour eux ! Par ailleurs, vous êtes sûrs d’avoir vos fromages réservés pour vous et vous profitez des surplus éventuels de production…

http://www.chantdescailles.be/les-poles/elevage/

Koen De Rom

photo ferme

L’un des rôles principaux de l’Équipe producteurs est d’organiser régulièrement...

Lire
photo ferme

Koen De Rom

Laiterie (chèvre)

L’un des rôles principaux de l’Équipe producteurs est d’organiser régulièrement des visites chez les producteurs membres du Réseau. Ces visites sont essentielles pour le Réseau ; elles nous permettent de rester proches des producteurs et de leurs besoins. C’est aussi à travers ce lien que la transparence et le soutien peuvent trouver leur réalité.

En ce beau mois de juin 2016, nous avons été visiter Koen de Rom à Geraardsbergen, ce qui n’avait plus été fait depuis bien longtemps malgré des contacts réguliers. Voici un bref compte-rendu, illustré à nouveau par les photos d’Agustina Peluffo.

Installé depuis 1988, Koen est un éleveur et fromager labellisé bio. Étant rentré dans le Réseau pour ses fromages de chèvres, il élève aussi des poules et des vaches Blonde d’Aquitaine (voir Newsletter de janvier).

En effet, si Koen était d’abord un chevrier, des maladies à répétition ont décimé son troupeau. Malgré qu’il ait fait appel à des experts pour en trouver la cause, ceux-ci n’ont toujours pas été en mesure d’identifier celle-ci. La seule indication qu’il ait reçu concerne son étable ; il devrait la démolir et la reconstruire entièrement avant de pouvoir reconstruire son cheptel.
Pour continuer son activité de fromager en attendant d’avoir à nouveau un cheptel, il doit donc acheter son lait de chèvre chez un autre éleveur labellisé bio.

Lors de la visite, deux mots nous ont sauté à l’esprit : autonomie et sociabilité.

Chez Koen, le mot autonomie prend tout son sens. D’abord pour son lieu de vie, mais aussi pour ses animaux qu’il élève avec passion.

Sa ferme est située sur un lieu ayant été habité depuis plusieurs siècles ; le corps de logis actuel est à quelques encablures du lieu historique, mais les sources d’eau lui permettent d’être autonome en eau. Il en va de même pour l’énergie avec l’installation récente de panneaux photovoltaïques lui fournissant assez d’électricité pour sa ferme.

Pour assurer son autonomie fourragère, il travaille sur 28 hectares desquels 18 lui appartiennent. Une partie est dédiée à sa grande prairie permanente dans laquelle les vaches paissent, mettent bas et élèvent leurs veaux toute l’année. Une autre prairie est consacrée aux taurillons et aux vaches réformées. Jouissant d’une assez grande liberté de mouvement, elles peuvent se déplacer de manière continue entre leur prairie, leur grande étable et les chemins aux alentours. Si elles étaient curieuses, elles pourraient passer leur tête par la fenêtre de la cuisine. Avec son troupeau de 35 vaches, Koen est à l’équilibre pour la taille de ses parcelles et ne désire pas grandir.

Le reste des terres est destiné à assurer la production de foin enrubanné pour l’hiver. Il y produit du triticale, de l’orge, du trèfle, du ray-grass italien, de la luzerne et de l’épeautre. Un mélange riche pour les animaux mais qui assure également la durabilité des cultures, tant au niveau de la fertilité du sol que pour la gestion des mauvaises herbes.
La fauche est assez tardive de façon à ce que l’herbe ait pu acquérir une certaine structure, qu’elle ait eu assez de lumière pour la photosynthèse et accumuler des nutriments. Pour lui, en début de saison, le foin ne serait pas assez riche et ne contiendrait que de l’eau.

Koen base la gestion de son système sur le bien-être de ses vaches : il les laisse vivre de la manière la plus naturelle possible, et évite de les stresser ou contraindre si ce n’est pas nécessaire. Pour lui, ses vaches sont aptes à vivre dehors toute l’année ; il mise d’abord sur leur bonne santé pour prévenir l’arrivée des maladies.

Quant à son côté sociable, Koen assure des échanges constants avec ses mangeurs lors de ses quatre marchés hebdomadaires.
Si l’agriculture est un métier souvent solitaire, il a trouvé la parade et un équilibre propre à lui-même.

Les Sentiers du Potager

photo ferme

La création d’un maraîchage diversifié à taille humaine. La pratique...

Lire
photo ferme

Les Sentiers du Potager

Maraîcher

La création d’un maraîchage diversifié à taille humaine. La pratique d’une agriculture paysanne respectueuse de l’environnement, des animaux et des hommes.

Renaud cultive avec l’aide de sa compagne environ 50 ares de terre maraîchère à Strée en province de Liège.
Philosophe de formation, ancien enseignant, formé au Crabe (formation en agriculture biologique) et sur différentes fermes en agriculture paysanne et bio, Renaud a démarré son activité en juin 2013.
Il cultive sur des terres mises à disposition par le Groupe d’action locale du pays de Condruzes une vingtaine de variétés, classiques et anciennes.

Les Sentiers du Potager
Rue des Aubépines, 4577 Strée

https://www.facebook.com/Les-Sentiers-du-Potager-260816014100072/

Ferme des Sureaux

photo ferme

La ferme propose :– une gamme de fromages de chèvre frais...

Lire
photo ferme

Ferme des Sureaux

Laiterie (chèvre)

La ferme propose :
– une gamme de fromages de chèvre frais ou affinés, des fromages frais aux épices subtiles, aux herbes du jardin, aux figues, au miel, au sirop, au spéculoos, au lard ou à l’huile d’olive, ail et tomates sèchées.
– la tomme des « Gattli » en pleine saison.
– du yaourt de chèvre et du yaourt à boire aux fruits
– des tourtes maison au fromage de chèvre et aux légumes et herbes de saisons (Fenouil, oignon, coriandre – poireau, thyn et cumin – tomates, poivron et tapenade d’olives vertes – ……..)

La transformation du lait cru des chèvres se fait directement après la traite.

La ferme des Sureaux
Ann Loicq et Jean-Pol Nollevaux

Rue des Roses, 4

6852 Maissin (Paliseul)

061/65.82.24
annloicq@hotmail.com
http://www.fermedessureaux.com/

 

Le champ de l’alouette

photo ferme

« Après trois belles saisons passées aux côtés du Jardin des...

Lire
photo ferme

Le champ de l’alouette

Maraîcher

« Après trois belles saisons passées aux côtés du Jardin des Saules à Nivelles, mon projet de maraîchage, le champ de l’Alouette, reprend son envol pour s’enraciner un peu plus loin, à Yves-Gomezée (entre Walcourt et Philippeville). Ce nouvel environnement élargit le champ des possibles et permettra de développer un micro-écosystème agricole plus cohérent, plus cohésif, plus écologique avec des résultats encore plus savoureux (oui c’est ambitieux, mais c’est faisable 😉 » (Novembre 2016)

« Après deux saisons à la ferme urbaine du Début des haricots à apprendre le maraîchage en traction animale et approvisionner 40 ménages en délicieux légumes, je prends finalement mon envol… pour migrer à Nivelles, au Jardin des Saules. » (avril 2014)

Le potager de Julien de 20 ares est cultivé avec le plus grand respect de la terre et de la plante, sur un terrain en deuxième année de reconversion bio. Plus de soixante variétés de légumes s’y côtoient, permettant de livrer chaque semaine des paniers pour une trentaine de ménages. Ce qui nous amène à la deuxième partie de son projet, vous ! En effet ces légumes viennent garnir les paniers du Gasperge et du Gaspipa, deux GASAP situés à Ixelles, dans le quartier Matonge, livrés les mercredis soirs, une fois tous les 15 jours.

Champ de d’alouette
36 rue du Pont d’Yves 5650 Yves-Gomezée (Walcourt)
http://champ-alouette.be

La ferme urbaine

photo ferme

La ferme urbaine est une jeune exploitation en agriculture maraîchère...

Lire
photo ferme

La ferme urbaine

Maraîcher

La ferme urbaine est une jeune exploitation en agriculture maraîchère – démarrage en février 2010 – située à Neder Over Hembeek, près de la Ferme Nos Pilifs, et qui a déménagé en 2014 sur le terrain de la « bergerie » situé dans le quartier du Val Maria. Depuis, chaque semaine de mai à décembre, la ferme approvisionne localement, en légumes frais issus de l’agriculture biologique, en filière courte (du producteur au consommateur) via 3 GASAP (groupement d’achat et de soutien à l’agriculture paysanne) une quarantaine de familles (paniers de 7 à 8 légumes pour 2 à 4 personnes). Le projet a pour objectif principal d’initier et former 4 jeunes peu qualifiés au métier de maraîcher et à l’entretien de jardins potagers. Deux formateurs agronomes et une accompagnatrice sociale les encadrent. Le projet est soutenu par le Ministère de l’Emploi. Le travail de la terre se fait par traction animale grâce à nos 2 ânesses, Lola et Chemsey.

Marïenborre – 1120 Neder Over Hembeek (au fond à gauche de la 3ième allée (des deux aubépines) à droite depuis la rue Val Maria)

De Levensbron

photo ferme

Maarten a débuté par une formation en France durant 6...

Lire
photo ferme

De Levensbron

Maraîcher

Maarten a débuté par une formation en France durant 6 mois, pour ensuite aller dans une école de biodynamie en Allemagne pendant 2 ans, dans les années 1990… Il travaille en bio depuis 20 ans, mais il a depuis 2 ans sa propre ferme, sur une superficie de 3,5 hectares à 45 Km de Bruxelles.

Lui, sa femme et quelques saisonniers sont en activité sur la ferme où ils pratiquent la biodynamie. L’exploitation est basée sur le maraîchage et un peu d’élevage. Ils cultivent environ une trentaine de variétés de plantes et élèvent 16 moutons de la race « voskop ». S’ils doivent travailler avec d’autres producteurs, ils privilégieront ceux de leur région. Ils vendent leurs produits sur le marché de Leuven, dans un magasin à la ferme, et dans des Voedselteams.

Maarten & Karen Van Gool
http://www.bioboerderijdelevensbron.be/

Langstraat 41
3384 Attenrode

016 /57 21 73
0472/64 15 61

maarten.van.gool@telenet.be

Maarten heeft een opleiding in Frankrijk tijdens zes maanden gedaan en heeft daarna een 2 jarige bio- dynamische landbouwopleiding gevolgd in Duitsland (’ Freie Landbauschule Bodensee’).
Hij verbouwt biologische groenten sinds 20 jaar maar op zijn eigen boerderij sinds 2 jaar en op een oppervlakte van 3,5 hectares 45 km ver van Brussel.
Hij en zijn vrouw alsook enkele seizoenarbeiders werken samen op de boerderij.
Op het bedrijf vindt men groenteteelt en een beetje dierenfokkerij.
Hij kweekt ongeveer dertig soorten planten en teelt 16 « voskop » schapen.
Hij leeft de biodynamische principes na.
Als hij met andere producenten moet werken, zal hij het doen met diegenen van zijn streek. Hij verkoopt zijn producten in een boerderij-winkel, op de zaterdagse markt in Leuven en in de voedselteams.

Maarten & Karen Van Gool

Ferme de Stée

photo ferme

La ferme de Stée est située à Braibant (près de...

Lire
photo ferme

Ferme de Stée

Eleveur, Laiterie (brebis), Laiterie (chèvre), Laiterie (vache)


La ferme de Stée est située à Braibant (près de Ciney) dans le Condroz Namurois, où nous travaillons depuis 1969.
Nous sommes agriculteurs de génération en génération et avons réussi à transmettre le virus de l’agriculture à toute notre petite famille, Marc, Marie- Claire, Cyrille et les paysans en devenir Valentin et Baptiste. Nous sommes cinq à travailler sur la ferme pour l’instant et avons de temps en temps des stagiaires pour nous aider et découvrir la façon que nous avons d’aborder la VRAIE agriculture c’est-à-dire l’agriculture paysanne.
La ferme est une ferme de type mixte. Nous avons plusieurs troupeaux: les vaches, les chèvres, les brebis dont nous transformons le lait en fromage, beurre et plusieurs produits dérivés du lait. Nous offrons aussi quelques fois l’an des colis de viande et il y a chez nous tout ce qui compose une basse-cour: poules, poulets, pintades, canards etc…Nous avons aussi quelques porcs. Tous ces animaux sont nourris en majorité avec les aliments produits à la ferme; nous sommes en autonomie fourragère c’est-à-dire que nous produisons tout sur les 80 ha que possède la ferme, les achats d’aliments sont ponctuels.
Nous sommes labellisés bio officiellement cette année (2014) même si nous travaillons en bio depuis 2008.
Nous souhaitons continuer à orienter notre ferme vers le principe de la non dépendance à l’industrie agro-alimentaire et d’offrir une large gamme de produits fermiers en vente directe avec point de vente à la ferme et livraison de Gas ,Gac etc…
La ferme de Stée livre pour le moment le Mange-tout à Saint Gilles et les Gasoullis à Woluwé-Saint-Pierre le mercredi soir. Elle peut également livrer le samedi matin.

Produits de la ferme :
–  Fromage à pâte pressée (nature, épices italiennes, fines herbes, orties, épices d’automne, ail des ours, noix, épices du jardin, moutarde),
–  Fromage à pâte molle (nature, poivre),
–  Camembert fermier (Saint-Roch nature),
–  Maquée (Nature, fines herbes),
–  Fromage frais (nature, Bruschetta, fines herbes, oignon, poivre, pétale de fleurs, épices du jardin, lardés, sésame, pavot, miel lavande)
–  Yaourt (nature, fraise, framboise, cerise, myrtille, mandarine, mirabelle, abricot, ananas coco, citron – cactus, pomme – kiwi, pêche – groseille, fruits du verger, 4 fruits rouges)
–  Yaourt à boire (fraise, framboise, pêche, myrtille)
–  Beurre (non salé, salé au sel de Guérande)
–  Lait (cru et pasteurisé)
–  Oeufs
–  Dessert (Riz au lait, Mousse au chocolat, Douceur de lait, confiture de lait)
–  Desserts glacés (crèmes glacées artisanales, sorbets, gâteaux personnalisés pour évenements/fêtes)
–  Viandes (fraîches ou congelées) ; viande de boeuf, de veau, poulets fermiers, pintades fermières, poules pour soupe, agneau entier, agneau à la découpe (gigot, côtes, merguez, colis de 5 kg)
–  Charcuterie: noix de jambon et saucisse sèche
–  Vinaigres et confitures maison

P.S.

Marc, Cyrille et Marie-Claire Wylock-Vanwynsberghe
61, rue de Stee – 5590 Braibant
0498/43.95.44
marieclairewylock@gmail.com

Ferme Dôrloû

photo ferme

Située dans le Pays des Collines, la ferme Dôrloû fonctionne...

Lire
photo ferme

Ferme Dôrloû

Boulanger, Eleveur, Laiterie (vache), Maraîcher

Située dans le Pays des Collines, la ferme Dôrloû fonctionne en agriculture biologique depuis 1990. Ses exploitants, Freddy et Chantal Vander Donckt-Liagre, ont choisi de produire, transformer et proposer directement au consommateur le fruit de leur travail.

Ces choix ont orienté la réaffectation des anciens bâtiments en un ensemble attrayant, source de communication avec le monde. La cour intérieure, telle une place de village, est entourée d’une salle d’accueil, d’une boulangerie-pâtisserie, d’une boucherie-charcuterie, d’un magasin-épicerie, d’un gîte à la ferme et du corps de logis.

Un camping à la ferme et l’accueil de groupes complètent les activités développées à la ferme.

La ferme livre ses produits aux membres des GASAP lors de son passage mensuel à Bruxelles, la commande des produits se faisant directement auprès du producteur.

L’équipe Dôrloû

www.fermedorlou.be

Développons ensemble une agriculture respectueuse de l’Homme, du milieu de vie, de la Terre

Graines de vie

photo ferme

Graines de vie est une coopérative qui associe productions de...

Lire
photo ferme

Graines de vie

Maraîcher

Graines de vie est une coopérative qui associe productions de céréales, maraîchère, mais aussi boulangerie, conserverie, formations… et en partenariat, micro-brasserie (avec la Brasserie du Renard, autre producteur des GASAP)…
Installés à Nethen, ils cherchent à cultiver la terre en veillant à respecter le rythme des saisons, à favoriser la vie du sol, à ne pas employer de pesticides ni d’engrais de synthèse, à utiliser le moins d’énergies fossiles possible, à assurer une production locale et abondante.

Historiquement, le Potager, c’est le premier atelier de Graines de Vie, démarré avec la collaboration de citoyens (Grez en Transition) pour la mise en place du réseau de vente (Groupement d’Achats Solidaires).

Aujourd’hui, le potager arrive à maturité. Il fournit à peu près 120 paniers par semaine et occupe un temps plein et quart.

Plusieurs maraîchers ont mis la main à la pâte : Alexandre, Vincent, Adrien, Greg, Jeanne, Greg… et maintenant Théo. Ils sont très attentifs à la qualité gustative des légumes. Ils sélectionnent les variétés, associent les cultures, et améliore continuellement la vie du sol par les techniques de culture inspirées par la permaculture.

Le potager accueille de nombreux visiteurs : des stagiaires du Crabe, de l’UCL, des bénévoles – formation à l’agriculture bio, les pensionnaires de Nos Oignons – accueil et réinsertion par le travail et tous les promeneurs qui y viennent le temps d’une pause.
En 2017, le potager va tenter l’expérience de l’auto-cueillette, installer un tunnel pour allonger la période de production et vise d’arriver à augmenter un peu le volume jusqu’à 160 paniers par semaine et de fournir en légumes l’épicerie de Néthen.
Et de l’avis de celles et ceux qui ont visité le potager, il est tout simplement magnifique !

http://www.grainesdevie.coop/

Petits fruits

photo ferme

Producteur atypique, Édouard s’est lancé depuis quelques années dans la...

Lire
photo ferme

Petits fruits

Fruits

Producteur atypique, Édouard s’est lancé depuis quelques années dans la production de petits fruits en agriculture biologique. Ayant étudié l’horticulture, il s’est rapidement rendu compte que cette culture était absente du paysage agricole wallon malgré une demande élevée. En effet, la culture étant particulièrement technique et les échecs courants, peu de producteurs ont fait le pas d’aller au-delà de la production de fraise.

De juin à octobre, il livre 4 GASAP et 2 super-GASAP avec 25 variétés différentes. Sur une parcelle de 50 ares, sans mécanisation et labellisé bio depuis le début, il produit fraises, groseilles rouges, à grappes, blanches, à maquereaux, framboises jaunes, pourpres, noires, du Japon, tayberry, myrtilles américaines, mûres, cassis aronia, casseilles. Il teste toutes ces variétés, dont certaines n’étaient pas cultivées en Belgique, à la recherche des résistantes et du meilleur goût.

Il met en avant le besoin d’observer attentivement les plantes et leurs réactions face aux stimulus extérieurs. Si la sélection des variétés impacte surtout la résistance aux maladies, le goût découle plutôt de l’ensemble des conditions de culture. Cela passe par un juste apport en amendements (fumier et composte), à une gestion précise de l’acidité du sol, de sa texture, de son humidité. Si la qualité du sol est cruciale, la gestion de la saison qui s’en suit doit être subtile ; les conditions d’ensoleillement évidement, mais l’apport hydrique aussi. L’irrigation au goutte à goutte permet de palier au manque d’eau en cas de stress hydrique, et les nouvelles serres permettent aussi de prévenir des pluies qui font grossir les fruits et les rendent plus mous.

Le succès dépend aussi d’une vision d’ensemble du champ visant à favoriser la biodiversité servant tant à polliniser les fleures qu’à réduire l’impacte des ravageurs. En ayant du trèfle entre les rangs pour attirer les bourdons, ou en posant des perchoirs à rapaces pour diminuer les populations de campagnols, par exemple.
La récolte se fait à la main, les petits fruits étant fragiles et nécessitant d’être traités avec soin. À contrario des autres fruits, la conservation est difficile et ils ne peuvent en général pas être gardés plus d’une semaine après la récolte. Là aussi, il faut être imaginatif pour s’assurer de la qualité ; frigos avec ventilateurs à l’intérieur et barquettes en cellulose sont des astuces qu’Édouard a mis en place et qui font, in fine, la différence.

On se réjouit d’avoir la chance que les GASAP écoulent la majorité de sa production, et nous espérons que cela continue. Pour lui, et pour nous.

http://www.petitsfruits.be/

Brasserie du Renard

photo ferme

Une microbrasserie bio, locale et à finalité sociale La Brasserie...

Lire
photo ferme

Brasserie du Renard

Brasserie

Une microbrasserie bio, locale et à finalité sociale

La Brasserie du Renard est la microbrasserie artisanale coopérative et participative à finalité sociale de Grez-Doiceau porté par Stéphane Vlaminck un ingénieur brasseur passionné.

brasserie-7faaa-9e399.jpgLa Brasserie du Renard est une microbrasserie qui produit de la bière artisanale à partir de ses propres recettes originales par brassin de 2000 L.
Elle utilise des matières premières – malts et houblons – produites localement et certifiées « bio » ainsi que des fruits cultivés dans la région de Grez-Doiceau.
Nos bières sont artisanales car nous y laissons se développer les arômes durant au moins 6 semaines avant de les proposer à la vente. De plus, l’utilisation d’épices et de fruits frais leurs confèrent une grande originalité
La Brasserie du Renard est une société coopérative au sein de laquelle nos clients et sympathisants peuvent de venir coopérateurs. Peut-être vous ?
La Brasserie du Renard est une brasserie participative qui propose, à côté de la production brassicole, des ateliers de zythologie et des journées d’initiation au brassage.
Ses coopérateurs auront également la possibilité de s’impliquer dans la vie quotidienne de la brasserie en participant au brassage, à l’embouteillage ou à d’autres activités comme la récolte et la transformation des fruits.
Se voulant proche de ses clients, la Brasserie du Renard commercialise ses produits dans des filières courtes (GAC, épicerie fine et « bio », Bar indépendant,…).
Peut-être près de chez vous ?
La Brasserie du Renard est une société à finalité sociale qui a pour but de consacrer ses bénéfices à :
— Investir dans ses propres installations pour pérenniser l’outil de production et les emplois qui y sont liés
— Soutenir des activités locales en milieu rural qui apportent une plus-value sociale et environnementale.

La Brasserie du Renard présente
L’adorée
Ce que l’on voit : Robe dorée. Mousse onctueuse.
Ce que l’on sent : Nez franc, très fleuri grâce au houblon avec une note citronnée due au gingembre
Ce que l’on goute : Attaque sucrée rapidement contrebalancée par une belle note amère. L’amertume se prolonge doucement par des notes fleuries et d’agrumes conférée par les fleurs de houblons. Belle longueur rehaussée par une touche poivrée donnée par le gingembre en fin de bouche.


La Blondasse
Ce que l’on voit : Robe blonde limpide. Mousse onctueuse.
Ce que l’on sent : Nez de pomme (cidre) et de houblon légèrement herbacé
Ce que l’on goute : Attaque sucrée rapidement contrebalancée par la douce acidité de la pomme qui lui confère un côté cidre au miel. Houblonnée en douceur. Légère car peu alcoolisée. Longueur moyenne.

La Diablesse
Ce que l’on voit : Robe blanche trouble due au froment. Mousse onctueuse très dense.
Ce que l’on sent : Nez fruité et malteux intense avec une touche de poivron
Ce que l’on goute : Attaque malteuse rehaussée par une touche de piment. Bonne longueur et arrière-goût pimenté. Amertume légère. Acidité moyenne qui rappelle le citron. Légère car peu alcoolisée

Brasserie du Renard
Grez-Doiceau
http://www.brasseriedurenard.be

La boulangerie de Jandrain-Jandrenouille

photo ferme

Grande nouvelle dans le Réseau des GASAP : après avoir été...

Lire
photo ferme

La boulangerie de Jandrain-Jandrenouille

Boulanger

Grande nouvelle dans le Réseau des GASAP : après avoir été obligés de fermer leurs portes il y a quelques années, la Boulangerie de Jandrain est de retour !

Toutes nos félicitations à France et Marcus qui ont pu venir à bout des travaux nécessaires.

Situés à Jandrain-Jandrenouille (Brabant-Wallon), ils fonctionnent pour le moment en binôme, puisque Marcus fait le pain, et France fait les livraisons à Bruxelles.

Ils livrent déjà plusieurs GASAP à Bruxelles, et proposent aux consomm’acteurs plusieurs formules de commandes, que ces derniers peuvent changer tous les 3 mois.

Leur pain, qui fait déjà le bonheur de nombreux gasapiens, est fabriqué dans un cadre idyllique (une vieille ferme classée).
Ils proposent plusieurs sortes de pain: Épeautre, seigle, froment, 50 /50(froment+épautre) et viennent de commencer les pains spéciaux (noix…).

Ayant recommencé à faire leur pain, ils sont maintenant prêts à livrer les GASAP à nouveau, les jeudi et vendredi.

Si vous êtes intéressé.e.s, voici leur offre, vous pouvez les contacter directement :

OpenDocument Text - 832.1 kb

Avec les prix pour les GASAP :

OpenDocument Text - 21.8 kb
photo ferme

Vincent Claessens

Apiculteur

Le champ liberterre

photo ferme

Jonathan Derenne a rejoint le Réseau des GASAP lors de...

Lire
photo ferme

Le champ liberterre

Maraîcher

Jonathan Derenne a rejoint le Réseau des GASAP lors de l’assemblée générale de février 2016. Il participe au projet maraîcher du Champ Liberterre à Liernu.


Le projet a bien évolué depuis sa création :

1) Contexte

Le début de cette activité de maraîchage il y a de cela 3 ans était le projet d’une seule personne. L’entreprise n’avait pas pour but de s’agrandir. Les deux premières années furent laborieuses tant les multiples tâches qu’impliquent ce type de métier sont nombreuses et diversifiées et la passion fut mise à rude épreuve. Le constat était clair, ce métier ne peut (plus) s’effectuer seul dans son coin ; il faut collectiviser le labeur. Quatre nouvelles personnes ont donc pris part au projet à temps partiel.

Cette évolution rapide fut efficace ; les cultures ont été plus importantes et plus variées, bien suivies, les ventes au marché ont augmenté, la charge de travail mieux répartie et le métier est devenu enfin plus viable d’un point de vue énergétique et structurel. Mais cette nouvelle situation ne va pas sans poser de nouvelles problématiques en terme de gestion et d’organisation du travail.

2) Entre les lignes

Il serait, paraît-t-il, de mauvais ton de mêler politique et activité commerciale. Mais l’époque que nous traversons rend impossible la neutralité. Ce projet, depuis le départ, prend sa source et ses motivations dans les pratiques et les idéaux libertaires. Pour ceux qui n’avaient pas lu entre les lignes, “Le champ Liberterre” ne fut jamais un projet se limitant au champ de l’écologie. Le maraîchage Bio a certes le vent en poupe, il est tendance et dégouline de bonne conscience. Mais il nous serait insupportable d’en rester là…

Le capitalisme s’inscrit comme modèle unique et ultime. Nous serions donc contraints d’en accepter ses règles et ses usages et ce, qu’importent les conditions humaines et environnementales qu’il nous faudrait exploiter.
Cette situation nous fâche mais ne nous arrête pas ; nous voulons malgré tout continuer à penser et à expérimenter un monde autre, vivant et solidaire. Nous prenons donc position dans ce monde en faillite. Cette opposition et ces intentions nous mettent en mouvement et il est devenu lâche de ne plus les assumer publiquement. Nous ne sommes pas résignés ; le présent est notre champ de bataille, et nos utopies, le fruit bien vivant de nos luttes.

3) Perspectives et Évolutions

  • En route vers la co-gestion

L’augmentation des effectifs au sein de notre équipe nous oblige à repenser notre organisation, le processus de prise de décision et la division du travail. Nous voulons introduire la démocratie dans nos conditions de travail, effacer les liens hiérarchiques qui nous mettent en œuvre et nous divisent, et intégrer chaque travailleur dans la prise de décision. Nous voulons lutter contre les mécanismes rendant le travail aliénant.

Le cadre actuel de l’entreprise, la volonté et les possibilités d’implication de chacun et chacune sont des freins à développer l’autogestion stricto sensu. Il serait donc plus juste de dire que nous nous situerons pour le moment à mi-chemin entre la gestion participative et l’autogestion.

Cette « co-gestion » aura pour méthode et pour objectifs d’impliquer chaque travailleur au jour le jour dans les moyens et les finalités de la production et de permettre ainsi à toutes et à tous une prise réelle sur le projet.
Des réunions journalières organisationnelles, des assemblées générales mensuelles et trimestrielles incluant tous les travailleurs et travailleuses auront lieu pour garantir ce processus démocratique.

  • Développement des pratiques agricoles

L’Agriculture est un métier qui s’apprend et s’expérimente perpétuellement. Nous nous essayerons également à de nouvelles pratiques visant la recherche d’autonomie et pour continuer à respecter et à améliorer la qualité de l’environnement des sols et des eaux.

  • Qualité

Nous continuerons bien évidemment à vouloir vous offrir des fruits et des légumes de haute qualité, dont l’aspect fraîcheur sera toujours au centre de nos préoccupations. Nous développerons prochainement un processus garantissant cette exigence.

4) Ce qui différencie notre projet

En résonance à ce que nous avons évoqué préalablement, nous tenons à mettre en avant certaines pratiques mettant en valeur notre projet et son fonctionnement.

Égalité des salaires : Chaque travailleur est rémunéré à un taux horaire équivalent quelle que soit sa fonction. Ce montant est de l’ordre de 8€50 net de l’heure.
Répartition des bénéfices : Si un bénéfice excédentaire à la somme des revenus vient à être généré, soit il servira à améliorer les conditions de travail du groupe, soit il sera redistribué entre les travailleurs. L’objectif est ici de ne pas rémunérer le capital ni les investissements.
Membre de la coopérative AGRICOVERT : Véritable coopérative au sens le plus noble du terme, Agricovert unit des producteurs locaux dans la perspective d’une agriculture écologique, sociale et solidaire.
Soutien alimentaire : Depuis le début du projet, les cultures excédentaires ont servi à alimenter divers projets sociaux et collectifs. Des centaines de kilos de fruits et de légumes ont ainsi pu être offert gratuitement pour soutenir diverses luttes ou collectifs (Cuisine mobile Bxl, Groupe de sans-papiers et leur Collectif de soutien, Lutte contre le TTIP, lutte contre le projet de maxi prison à Haren,…)
Refus des subsides : Par principe, nous refusons toute aide financière européenne ou de l’état. Nous pensons plus juste et plus pertinent de s’organiser directement avec les consommateurs en leur proposant un prix décent, satisfaisant les deux parties, en reflet des réalités de la production et de la consommation.

5) Votre soutien

Nous ne cesserons jamais de répéter à quel point votre soutien est important. Nous savons pertinemment bien que vous ne faites pas simplement vos courses mais qu’un geste de solidarité se cache derrière chacune de vos participations.

En matière de co-gestion, votre rôle est également crucial car ce projet vous appartient également. Nous espérons donc rencontrer nos « mangeurs » lors des prochaines activités qui seront organisées au cours de la saison à venir. N’hésitez jamais à nous faire part de vos questions, remarques et critiques pour l’amélioration du projet.

L’équipe du Champ Liberterre

Permafungi

photo ferme

Fondé en mars 2013, PermaFungi est un projet-pilote d’agriculture urbaine...

Lire
photo ferme

Permafungi

Pleurotes

JPEG
Fondé en mars 2013, PermaFungi est un projet-pilote d’agriculture urbaine qui vise à récupérer le marc de café produit à Bruxelles pour cultiver de délicieux pleurotes. Outre la culture de champignons, PermaFungi propose également des kits prêts à pousser et des workshops.
La culture de champignons
Au début de cette histoire, les pleurotes étaient cultivés à petite échelle au cœur des Marolles, dans les caves du centre d’entreprises Les Tanneurs. Début mai 2014, la production a déménagé dans les caves de Tour et Taxis et PermaFungi a pu démarrer sa production de pleurotes à plus large échelle.
PermaFungi cultive principalement des pleurotes blancs, mais des variantes roses et jaunes ont déjà été expérimentées. Les pleurotes sont cultivés sur ce qu’on appelle des « boudins » qui contiennent principalement du marc de café, un substrat de culture idéal pour des pleurotes. De la paille et du blanc de champignons (les « semences ») sont ajoutés à ce marc de café pour améliorer la structure du substrat.
Le marc de café est collecté à vélo dans différents établissements (bars, cafés, etc.) à Bruxelles.
Permafungi livre les Mange-tout à Saint Gilles (http://www.gasap.be/GASAP-Mange-tout-201) et les Biscoteaux

Plus d’info sur :
http://www.permafungi.be/download/dossier_presse_fr.pdf

P.S.

Champignonnière : 86/C, avenue du Port, 1000 Bruxelles
Bureau : 1, quai des Péniches, 1000 Bruxelles
info@permafungi.be
http://www.permafungi.be/index.php?lang=fr

Dieter Telemans

photo ferme

Photographe de formation, Dieter est un jeune apiculteur qui vient...

Lire
photo ferme

Dieter Telemans

Apiculteur

Photographe de formation, Dieter est un jeune apiculteur qui vient de terminer sa formation à la SRABE (Société Royale d’Apiculture de Bruxelles et ses Environs) en juin 2014. Actuellement, il dispose d’une dizaine de ruches réparties dans 3 ruchers : Le jardin d’abeilles (Jette), un terrain des parcs et jardins à côté de l’Atomium ainsi qu’un dans une propriété privée à Strombeek Bever. En 2015, il souhaiterait s’agrandir (max 15 ruches) et consacrer 1 jour par semaine à ses ruches.

P.S.

Dieter Telemans | Photographer & Beekeeper
dieter_telemans@yahoo.com
+32.475.50.14.65

Asbl RuraalHarenRural

photo ferme

Les chicons en pleine terre, Indication Géographique Protégée. Erik est...

Lire
photo ferme

Asbl RuraalHarenRural

Chicons

Les chicons en pleine terre, Indication Géographique Protégée.

Erik est rentré dans le Réseau des GASAP lorsqu’il était encore installé sur le terrain de Haren. Ayant déménagé, nous sommes allés le voir sur la ferme qu’il va reprendre à Kampenhout. Un virage professionnel important, destiné à faire revivre les chicons en pleine terre. Car si ceux-ci ont fait partie intégrante du patrimoine belge, ils ont peu à peu disparu pour laisser place aux chicons cultivés en hydroponie. Mais pour les connaisseurs, il existe bel et bien un gouffre entre les deux goûts.

Une culture très particulière, et visuellement impressionnante.

Voici donc quelques photos prises par Agustina Peluffo, photographe collaborant avec le Réseau des GASAP. Nous la remercions infiniment pour son travail.
(c) Agustina Peluffo

Ma Forêt

photo ferme

Après sa formation à l’Ecole Paysanne Indépendante à la ferme-école...

Lire
photo ferme

Ma Forêt

Sève de bouleau

JPEG
Après sa formation à l’Ecole Paysanne Indépendante à la ferme-école Larock, Thibault s’est installé en 2014 sur 3,5 ha de terres à Chapelle-Saint-Lambert dans le Brabant wallon. Il produit pour l’instant de la sève de bouleau et des champignons (pleurotes et shiitake) et prévoit de cultiver des petits fruits et des légumes à l’avenir.
Il est certifié bio.

La sève de bouleau arrive début mars pour 3-5 semaines. La récolte se fait arbre par arbre, la sève contenue dans un cubis est extraite d’un seul arbre, (pas de passage en cuve, pas de mélange de sèves), ce cubis est livré le jour même, elle est donc très fraîche. 100% pure, sans nano ou micro-filtrations, sans pasteurisation, sans conservateurs.

La sève de bouleau pure : Riche en minéraux, oligo-éléments, vitamines et acides aminés, elle constitue le meilleur moyen naturel d’éliminer les toxines accumulées durant l’hiver, de purifier et de tonifier l’organisme. Elle stimule l’activité rénale, aide à l’élimination des déchets organiques tels que l’acide urique et le cholestérol ; favorise l’assouplissement des articulations et l’amincissement du corps quand il en a besoin. L’eau de bouleau est une force vivante, elle renforce notre vitalité.

La sève évolue : En début de cure, elle est très claire, très légère de goût, le côté nettoyant, diurétique et drainant est alors au sommet. Au fur et à mesure (après 10 à 15 jours), son goût se prononce, plus minéral, un peu âpre et acidulé. Par un changement biochimique et le début du processus de lacto-fermentation (on distingue la formation de maléate de calcium et de phosphate calcique sous forme de cristaux blancs) les propriétés diurétiques auront tendance à diminuer pour donner plus de place à sa tendance re-minéralisante et enrichissante, devenant plus assimilable (au niveau minérale) et active alors, dans la flore intestinale.

Conseils cure : La sève de bouleau fraîche en cure c’est :
–  pendant 21 jours (moins c’est dommage mais déjà bien, et plus de 21 jours c’est dépasser un cycle complet).
–  un grand verre (150ml = un verre à eau bien rempli) à jeun tous les matins,
certains demandent plus, il est alors conseillé d’en boire encore le soir avant le coucher (demi verre),
il est bon de boire la sève à un moment de la journée où le corps et l’esprit sont au calme,
(matin 10-15 min avant le repas ; le soir 1h30 après le repas ; avant et après l’activité parfois intense de la journée..)
–  pendant ces 21 jours pour optimiser fortement la cure :
– mangez plus de crudités (les dernières de l’hiver et les primeurs du printemps)
– mangez les féculents le midi et pas le soir (ceux qui le font réellement m’en reparlent..!)
– buvez beaucoup d’eau, vos reins vont se réveiller pour filtrer des quantités de toxines (que la sève détache de partout dans le corps), alors rincez 😉
– à part ça mangez normalement ce qui vous fais plaisir 😉
– buvez la sève doucement, gardez une première gorgée un peu en bouche, puis avalez-la.
–  en fin de cure, si le goût est trop fort mélangez avec du jus de pomme.
–  à la fin des 21 jours, s’il vous en reste, diluez et donnez à boire à vos plantes, pulvérisez les graines pour vos semis potagers (augmente le % de germination), ou préparez une lotion pour les cheveux (littérature sur le net).

Ma forêt
www.maforet.be

Herbae

photo ferme

Les plantes aromatiques et comestibles offrent des opportunités culinaires, mais...

Lire
photo ferme

Herbae

plantes aromatiques

Les plantes aromatiques et comestibles offrent des opportunités culinaires, mais également la possibilité d’adoucir des petits maux d’une manière simple et saine.  Nous cultivons une cinquantaine de plantes qui sont utilisables dans la cuisine et pour des bonnes infusions. En plus, notre production comprend un éventail de fleurs comestibles. A travers des fiches techniques et des ateliers participatifs nous découvrirons différentes préparations et les formes d’utilisation. Le jardin sera surtout un lieu de rencontre pour des personnes intéressées par les plantes médicinales et comestibles, pour la découverte de nouvelles saveurs et pour apprendre plein de nouvelles choses.

Les plantes sauvages recèlent une grande variété de nutriments et sont riches en vitamines. Toutes nos plantes, herbes et fleurs sont cultivées sans pesticide et de façon naturelle.DSC_0020

Notre production comprend:

  • Les plantes et herbes aromatiques (différents types de Sauge, Thym, Menthe, Basilic, Origan, Verveine, Aspérule odorante, …)
  • Les légumes et plantes sauvages (Chénopode blanc, Alliaire, Plantain, Armoise, Ægopode, Lamier, Ail des ours, Berce, Lierre terrestre, Carotte sauvage, jeunes pousses de Houblon, Salsifis sauvage, Oseille, …)
  • Les fleurs comestibles (Mauve, Violette, Onagre, Capucine, Bourrache, Epilobe, Souci, …)
  • Les racines (Bardane, Onagre, Pissenlit, Raifort…)
  • Les fruits sauvages (Cynorrhodon, Prunelle, Cenelle, Fraise des bois, …)

Les plantes d’Herbae sont disponibles en saison dans les super-GASAP.

Les productrices : Anouk & Anja

Anja est amoureuse de plantes. Elle a un doctorat en écologie des plantes, et est certifié en herboristerie traditionnelle chinoise, sommelier de thé, et apprentie en herboristerie intuitive chez Nathan Hughes de Ruskin Mills Apothecary à Nailsworth, UK. Comme herboriste, elle aide des personnes avec des problèmes physiques et émotionnels. Elle trouve qu’une connection avec nous-même et notre emotions est important pour une guérison profonde. Elle travaille avec la méditation, le voyage ‘shamanique’, les cartes de tarot et des rituels. Pour elle, inviter des plantes dans notre vie, les utiliser dans la cuisine, les boire en tisane, faire des préparations, est une façon de rester en contact avec nous-même et notre environnement.

 

Anouk est passionnée par les plantes sauvages et les fleurs comestibles. En plus de ses activités de coach scolaire et professeur dans l’enseignement secondaire, elle a décidé de rejoindre Anja pour réaliser un projet qui la tient à cœur, un projet écologique lié à l’alimentation durable. C’est par le biais d’une autre passion, la cuisine, que elle a découvert les plantes. Elle aime chercher de nouvelles combinaisons de saveurs, couleurs, odeurs et les plantes sauvages offrent une vaste palette de possibilités.

Si nous apprenons à regarder autour de nous, la nature est un véritable garde-manger. Nous vous invitons à ouvrir vos pupilles et vos papilles et à nous rejoindre pour des ateliers pratiques et conviviaux dans le jardin de production et autour de la Ferme du Chant des Cailles.

Sacré Géranium

photo ferme

De bons légumes et un peu plus Depuis mars 2015,...

Lire
photo ferme

Sacré Géranium

Maraîcher

De bons légumes et un peu plus

Depuis mars 2015, avec l’aide d’une couveuse d’entreprise, David S’jongers met sur pied un projet de polyculture maraîchère agro-écologique à échelle paysanne, c’est-à-dire la culture d’une large gamme de fruits et légumes, produits dans des critères de durabilité, de respect de l’environnement et du tissu social.

En réponse aux problèmes actuels liés à l’alimentation (mauvaise qualité des aliments, origine floue, coût énergétique exubérant…), David souhaite proposer des produits de meilleure qualité nutritionnelle et gustative tout en réduisant au minimum la consommation en énergie fossile pour leurs distributions.

Il a été formé entre 2010 et 2012 par l’ASBL « le début des haricots » au sein de la ferme urbaine de Neder-Over-Hembeeck. C’est là qu’il a appris la mise en culture depuis la graine jusqu’à la vente, d’une grande variété de fruits et légumes saisonniers avec des techniques biologiques. A ce moment là, sa production s’écoulait sous forme de paniers pour le GASAP de N-O-H.

Aujourd’hui, David loue 60 ares de terre bio à Grez-Doiceau. Durant la première saison, il a essentiellement vendu sous forme de paniers dans le Brabant wallon et a pu atteindre 20 paniers par semaine en moyenne mais ceux ci étaient « à la carte » donc irréguliers. Il a eu donc la chance d’être soutenu par la couveuse car son activité n’était pas encore rentable.

David a alors réfléchi aux besoins et envies de son projet de maraîchage et a entendu qu’un GASAP de Bruxelles cherchait un nouveau producteur. « Au début Bruxelles me semblait un peu loin » confie David « mais par curiosité j’ai été au GASAP café. J’en suis ressorti très enthousiasmé par les échanges constructifs et humains que j’ai pu constaté, il fallait que je tente ma chance ! Alors j’ai partagé ma motivation avec ce gasap, et il m’ont choisi ! »

Depuis 2016, David fait donc parti du Réseau et livre deux GASAP.

Sacré Géranium
David S’jongers
http://sacregeranium.blogspot.be/p/presentation-du-geranium.html

Les Trois Maraîchers

photo ferme

Des énergies associées ‘Les Trois Maraichers’ est une association de...

Lire
photo ferme

Les Trois Maraîchers

Maraîcher
Des énergies associées

‘Les Trois Maraichers’ est une association de trois paysans-maraichers, située en bordure de Namur, à Wépion, sur les terres de la ferme de Vévy Wéron. Nous – Tom, Jf et François – cultivons une surface d’1,2 hectare et planifions la production de 50 légumes différents. Nous avons décidé de mettre en commun nos énergies et nos moyens de production (surfaces agricoles, matériel, connaissances) pour assurer la production de légumes locaux, de saison et écologiques dans le cadre d’une pratique douce et engagée de l’agriculture.

Une agriculture de proximité

Notre pratique ‘engagée’ du maraichage répond aux critères du cahier des charges de l’agriculture biologique mais s’inscrit plus précisément dans le mouvement de l’agroécologie, qui est une démarche holiste de l’agriculture orientée vers sa durabilité. Nous voulons développer une agriculture de proximité – locale et de saison – qui s’engage durablement dans son environnement naturel et social. Cela entend développer une démarche qui tient compte des relations entre les cultures et l’écosystème environnant. Cela entend limiter au maximum l’impact environnemental de la production en misant sur l’humain davantage que sur la machine. Cela entend tisser par la convivialité des relations de confiance avec les consommateurs.

C’est François qui s’occupe des livraisons vers les GASAP.
http://www.troismaraichers.be/

Mains à la pâte

photo ferme

Michele est originaire de Podernone, dans le nord de Italie....

Lire
photo ferme

Mains à la pâte

Pâtes fraiches

Michele est originaire de Podernone, dans le nord de Italie. Il s’est installé à Bruxe lles où il travaille depuis deux ans et demie. Dans ses valises, il a emmené le meilleur de la tradition culinaire italienne, un héritage de sa grand-mère. « En tant qu’italien qui se respecte, j’adore les pâtes fraîches, nous a-t-il dit. J’en ai toujours fabriqué pour ma famille et mes amis en suivant les précieuses indications de ma grand-mère qui m’a donné sa recette. »

Le projet « Mains à la Pâte »
Porté par son envie de créer et partager des repas conviviaux et savoureux à base de pâtes fraîches, Michele a crée « Mains à la Pâte », une fabrique artisanale de pâtes fraîches à Bruxelles, au sein de laquelle ne sont utilisés que des ingrédients biologiques, locaux et équitables.
La passion de Michele pour la nourriture et son intérêt pour la nature l’ont amené d’une façon assez naturelle à consommer de plus en plus de produits biologiques. Il a ensuite poussé la réflexion vers la recherche de produits locaux en soutien à l’agriculture paysanne. Petit à petit, Michele a pris conscience de l’impact que peut avoir notre l’alimentation, ingrédient et partie essentiels de notre vie quotidienne, et a décidé de contribuer à changer la société dans laquelle nous vivons, ajoute Michele.
Les pâtes de Michele sont donc le fruit de sa recherche du goût, ancré dans une forte tradition culinaire italienne, liée à son engagement pour une vie plus saine dans une société ou le bien-être de l’humain se développe dans le respect son environnement.

Faire de ses pâtes un produit local et responsable
Petit à petit, Michele a développé une production artisanale et à taille humaine de pâtes fraîches. Il y a ajouté d’autres valeurs fondamentales qui lui sont chères : la consommation responsable, le réduction du gaspillage alimentaire, l’utilisation de produits de saison et de produits locaux ainsi que la réduction de son impact sur l’environnement.
A ce jour, Michele fabrique 4 types de pâtes biologiques et locales dans son atelier localisé à l’espace “Villages Partenaires” à Saint-Gilles (Bruxelles) : fusilli, tagliatelle, spaghetti et maccheroncini.
Les déplacements pour la production et la livraison de ses produits sont faits à vélo afin de minimiser au maximum mon impact environnemental. Les emballages aussi sont en carton kraft Bio.

L’origine des ingrédients
Les farines et les œufs utilisés par Michele sont tous biologiques et locaux, à l’exception de la semoule de blé, d’origine française (mais toujours biologique) étant donné que l’on n’en produit pas en Belgique. Il utilise plusieurs farines de froment belge à 70% ainsi que la farine d’épeautre.

http://mainsalapate.wix.com/mainsalapate

Philippe Detombe

Maraîcher

Réseau des GASAP asbl

Groupes d’achat solidaires de l’agriculture paysanne

Rue de La Croix de Pierre, 85
1060 Saint Gilles – Belgique
T. : 0487 90 62 69
Email : coordination@gasap.be

Avec le soutien de
Site web fait par DARE.SEE (graphisme) & Lore Mipsum (réalisation), avec Wordpress & Beans.